A+ A A-

Jeptha

  • Rédigé par  Rédaction
0 avis
Jeptha © SImon Fowler

"Le dernier, et peut-être le plus grand, de ses oratorios", n'hésite pas à écrire Jean-François Labie dans son indispensable ouvrage sur Händel.

Mais pourquoi, me dira-t-on, l'Opéra de Paris présente-t-il en version scénique un oratorio du maître allemand ? Rappelons d'abord que la première de Jephta a eu lieu en 1752 à Covent Garden, là où Händel avait connu jadis ses plus grands succès théâtraux. En outre, certains de ses oratorios ont de telles vertus dramatiques qu'il n'y a rien de choquant à faire apparaître sur une scène les personnages évoqués par la musique. Au Palais Garnier, la production a été confiée à l'Allemand Claus Guth, "un des metteurs en scène les plus fins et les plus réfléchis du moment" (dixit le blogueur "Wanderer" du journal Le Monde). L'orchestre et le chœur des Arts Florissants sont placés sous la baguette experte de William Christie. Avec un plateau vocal d'une qualité superlative : Ian Bostridge, Marie-Nicole Lemieux et Katherine Watson, une jeune soprano anglaise dont on parle de plus en plus. "Musique profonde et introspective" (Ch. Hogwood), Jephta s'annonce comme un régal pour les fervents de Händel.


PALAIS GARNIER, PARIS
WWW.OPERADEPARIS.FR

 

  • Du: samedi, 13 janvier 2018
  • Au: mardi, 30 janvier 2018
Rédigé par  Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie