A+ A A-

Andres Serrano, qui avait défrayé la chronique à cause d'une photo jugée sacrilège, n'en finit pas d'être honoré par les institutions.