Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"Cette petite île étonnera l'Europe", écrivit Jean-Jacques Rousseau, sans se douter qu'elle engendrerait un jour le "successeur de Charlemagne". Bien plus tard, à Sainte-Hélène, en dictant son Mémorial, l'empereur déchu et exilé dira : "Quels souvenirs la Corse m'a laissés ! Je jouis encore de ses sites, de ses montagnes : je la foule, je la reconnais à l'odeur qu'elle exhale."

Du 29 juin au 23 octobre, les Festivals de Wallonie proposent sous le titre "Baltica" un voyage musical vers le Nord. Loin de se limiter aux trois États baltes, le périple va nous entraîner le long des rives de cette mer intercontinentale, englobant des pays comme la Finlande, le Danemark, la Pologne, l'Allemagne du Nord et même la Russie.

Alors qu'à Bruxelles, les théâtres ferment leurs portes l'été, plusieurs salles parisiennes restent ouvertes. Le Théâtre de la Renaissance présente Le Cercle des illusionnistes d'Alexis Michalik*, dont les héros sont le magicien Robert-Houdin et le cinéaste Georges Méliès que font revivre un jeune couple des années 1980.

La galerie Design et Nature Bruxelles, petite sœur de la grande galerie éponyme de Paris dédiée à l'art de la nouvelle taxidermie décorative, a récemment ouvert ses portes dans le quartier très tendance de la place Brugmann.

Les Kraemer s'y étaient essayés. Tout comme Marella Rossi, de façon régulière, dans la galerie de son père... C'est à présent au tour de Guillaume Léage de twister son mobilier du XVIIIe siècle avec des œuvres d'art contemporain.

Artiste multifacette, Folon a abordé le domaine de la photographie. Ses clichés peu connus du public sont aujourd'hui visibles à la Fondation Folon. Très tôt, l'artiste a capté l'ambiance des villes et les signes emblématiques de son vocabulaire graphique : flèches, routes, visages, etc.

"C'est un musée incontournable. J'aime la diversité des expositions et les choix parfois audacieux de Fabrice Hergott. J'y ai redécouvert Poliakoff, Fontana, Bernard Buffet, Balthus et Derain, et aujourd'hui Fautrier.

"J'adore son architecture postmoderne imaginée par Frank Gehry. Je trouve que c'est culotté et très réussi ! Quant aux expositions proposées, elles méritent à chaque fois le déplacement.

"J'ai beaucoup fréquenté ce musée car Gérald était au conseil d'administration quand Hélène David-Weill en était la présidente. Les expositions sont toujours d'une très grande qualité.

"Tout ce qui touche à la création artistique m'intéresse et je ne manque jamais une exposition de ce musée, dont j'admire beaucoup le directeur, Fabrice Hergott.