A+ A A-

Andres Serrano, qui avait défrayé la chronique à cause d'une photo jugée sacrilège, n'en finit pas d'être honoré par les institutions.

"J'aime m'y rendre le samedi à pied, en traversant la Seine, c'est une très belle promenade. J'y suis souvent allée voir des expositions, mais ce n'est que récemment que j'ai découvert l'importance de leurs collections permanentes.