A+ A A-
 

Décoration : un éventail de goûts & de couleurs

  

 

"Il ne faut pas avoir honte d'être romantique"
Ewan McGregor

Ce ne sont plus uniquement les grands hommes qui servent de modèle. Les temps changent, les mœurs évoluent et les hommes sont devenus visionnaires, stratèges, des hommes qui espèrent que l'on suive leur panache blanc. Qu'ils soient journalistes, écrivains ou philosophes, tous voudraient, comme leurs aînés, laisser une trace de leur passage sur notre bonne terre. Certains y réussissent, d'autres échouent, lamentablement, et très vite la mémoire de l'histoire ne garde d'eux que du vent...

Et puis il y a les autres... Gonzague Saint Bris en faisait partie. Décédé tragiquement en août dernier, ce véritable conteur, grande figure du monde littéraire, laisse principalement des biographies historiques car il fut, toute sa vie, un homme passionné par la France (son histoire, sa géographie et son patrimoine) et surtout par ces grands hommes qui l'ont façonnée. Dandy, un brin excentrique, l'écrivain aux cheveux longs, le col volontairement ouvert, était fasciné par les romantiques. En 1983, il fut même à l'origine du Festival du Film romantique de Cabourg. Du romantisme, il s'était fait le héraut et animait la vie littéraire bien au-delà des cercles parisiens.

Nous le connaissions, certes pas suffisamment, mais assez pour être à même d'apprécier son intelligence, son brio et son sens de l'amitié. Ceux qui l'ont connu regrettent déjà son absence. Nous avions convenu d'un déjeuner littéraire qu'il devait animer pour L'Eventail ce mois-ci. Malheureusement, Gonzague Saint Bris est parti avant, nous laissant sa dernière œuvre à découvrir à titre posthume.

Avec ma rédaction, nous avons décidé de lui rendre un dernier hommage en publiant l'interview qu'il nous avait accordée, consacrée à son dernier ouvrage et que nous vous conseillons de découvrir sans plus tarder.

Adieu, Monsieur Saint Bris...

 

Dominique Misson de Saint Gilles