A+ A A-

Le musée Boijmans van Beuningen se réinvente

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Le musée Boijmans van Beuningen se réinvente © Droits réservés

Proche et tellement méconnue, la ville de Rotterdam mérite pourtant plus qu'un détour. Centre de l'architecture contemporaine des Pays-Bas, le plus grand port du monde fait montre d'un dynamisme constant et le dernier projet en date, l'extension moderne du musée Boijmans van Beuningen, le prouve suffisamment.

Après avoir milité durant de nombreuses années, le directeur a enfin obtenu le feu vert des autorités pour la construction, sur la plaine adjacente à l'institution, d'un édifice contemporain. En forme de bol géant, il accueillera les réserves mais des réserves qui seront accessibles au public, un phénomène dans l'air du temps qui s'étend aujourd'hui à nombre d'institutions. La plupart des musées consentent des efforts importants pour donner accès à l'envers du décor. Au Boijmans, on estime que seulement 7% des collections sont exposées. Comme le montre la projection du bureau MVRDV, les parois seraient habillées de panneaux miroirs réfléchissants convergents vers une partie sommitale ouverte et arborée d'où l'on découvrirait à la terrasse ou au restaurant un panorama unique de la ville.

 

 
 © Droits réservés

 

Á l'intérieur, des circuits permettraient d'admirer près de 75.000 objets habituellement cachés à la vue des visiteurs, une accessibilité optimale donc, mais sans négliger pour autant les principes élémentaires de sécurité et de préservation des oeuvres. Ce souci de faire profiter au mieux le public d'un ensemble artistique de premier plan perpétue l'esprit de Frans Jacob Otto Boijmans qui a légué sa collection à la ville d'Amsterdam en 1841 et de Daniël van Beuningen qui a offert nombre de peintures à l'institution qui, depuis, a décidé de coupler les deux noms pour rendre hommage aux généreux donateurs. Un premier musée ouvre ses portes dans la Schielandshuis en 1849 mais un feu ravage l'édifice en 1864. Il faudra attendre 1935 pour qu'un bâtiment soit construit spécialement pour abriter les collections. L'architecte Ad van der Steur imagina une construction d'obédience moderniste aux lignes épurées qui combine la brique, la pierre blanche et le bronze pour les couvertures. Le musée sera complété en 1971 par un espace d'exposition, érigé sous la houlette de l'architecte Alexander Bodon, d'une aile arrière en 1990 due à Hubert-Jan Henket et enfin d'une importante extension moderne conçue par le bureau d'architectes belges Robbrecht et Daems où se déroule actuellement l'exposition consacrée à Fra Bartolomeo.

 

 
 © Droits réservés

 

Si le Boijmans van Beuningen possède un département d'art décoratif, ce sont bien entendu les dessins, les gravures et les peintures qui constituent le noyau principal de la collection. Citons les Trois Marie au tombeau de Jan van Eyck, le Saint-Christophe de Jérôme Bosch, la Tour de Babel de Pierre Brueghel le vieux, La lecture de Titus par Rembrandt, un remarquable ensemble d'esquisses à l'huile de Rubens, l'autoportrait de Carel Fabritius, le Repas d'Emmaus de Véronèse, la Femme de Putiphar de Lucas van Leyden ou David et la tête de Goliath par Le Guerchin, une toile redécouverte en 2015 et déposée en prêt perpétuel au musée par une compagnie néerlandaise. Vincent Van Gogh, Edouard Munch, Claude Monet, Kees van Dongen ou Paul Cézanne, Kandinsky et Piet Mondriaan figurent parmi les représentants de l'impressionnisme et du modernisme tandis que Salvador Dali, René Magritte ou Man Ray permettent d'aborder le surréalisme. Le cabinet de dessins renferme de véritables merveilles dont des oeuvres graphiques de Grünewald, Pisanello, Watteau, Tiepolo, Dürer, Saenredam, Goya, Jongkind ou Delacroix. Mais il ne s'agit que d'un infime échantillon...Le nouveau bâtiment dont l'inauguration est prévue fin 2018 promet de propulser le musée dans une autre dimension et d'en faire le pôle d'attraction majeur de Rotterdam. Architecture d'exception et collections en accès permanent devraient drainer un public curieux et enthousiaste ... il suffira de patienter deux ans !

Rédigé par Christophe Vachaudez

Dans la même catégorie