Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Elizabeth II, dernier rempart contre le "no deal" ?

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook

Alors que le nouveau premier ministre Boris Johnson semble vouloir larguer les amarres coûte que coûte le 31 octobre, même sans accord avec l'Union européenne, la reine pourrait-elle jouer un rôle décisif dans le règlement de la crise en invitant l'intéressé à quitter Downing Street ? Rien n'est moins sûr.

En effet, même si Élizabeth symbolise l'état et que le pays fait face à l'une de ses pires crises institutionnelles, la marge de manoeuvres demeure limitée. Elle se doit de rester au dessus de la mêlée et elle ne peut bien évidemment prendre parti mais selon certains spécialistes, si 'Bo Jo' était confronté à une motion de censure, elle aurait la possibilité de le faire déguerpir avec diplomatie. Elle pourrait aussi demander un supplément d'informations, une façon détournée d'exprimer son mécontentement, une prérogative qu'elle n'a jamais utilisée en 67 ans de règne !

 

© Yui Mok/Empics Entertainment/Photo News

 

En gardienne de la cohésion du Royaume-Uni, elle ne peut assister sans rien faire aux tentatives de déstabilisation ou aux risques d'escalades entre ses sujets car ne l'oublions pas l'Angleterre et le Pays de Galles ont voté la sortie tandis que l'Écosse et l'Irlande du Nord ont opté pour le maintien dans l'UE.

 

© Polaris/Photo News

 

D'autres avancent un autre scénario. Sa très Gracieuse Majesté pourrait désigner un autre formateur afin de changer le gouvernement même si Boris Johnson se refuse à quitter son poste mais ne se mettrait-elle pas alors dans une position délicate d'autant que le trublion à la crinière dorée bénéficie d'une popularité voisine des 50 %. Toutefois, elle peut aussi compter sur sa propre popularité et nul doute que ses compatriotes comprendront son intervention, pour le bien et l'avenir du pays, et ce inclus 'Bo Jo'. Enfin, une réunion du Conseil Privé, composé de personnalités importantes du monde politique, pourrait appuyer une décision royale. Quoiqu'il en soit, le pays et Elizabeth II sont dans de beaux draps ! Que Dieu sauve la reine !

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées

 

Dans la même catégorie