A+ A A-

Chronique berlinoise - Clap 4e

  • Rédigé par Marcel Croës
0 avis
Shia LaBeouf, acteur de Nymphomaniac, sur le tapis rouge berlinois... Shia LaBeouf, acteur de Nymphomaniac, sur le tapis rouge berlinois... © Droits Réservés

Un scandale ? Disons une mini-tempête dans un verre d'eau, ou plutôt dans un gobelet d'aquavit. Le cinéaste danois Lars von Trier n'a guère secoué le public de la Berlinale avec la présentation en compétition du premier volume de Nymphomaniac dans sa «version longue», c'est-à-dire comprenant 30 minutes de plus, avec bien sûr les scènes hard coupées dans les copies du film déjà projetées un peu partout en Europe (notamment chez nous).

Je ne reviens pas sur le film lui-même, qui m'a remis en mémoire le fameux vers de Mallarmé: «La chair est triste, hélas, et j'ai lu tous les livres». Chez von Trier, le plaisir est en effet plus souvent lugubre que jubilatoire, et d'autre part, comme bon nombre d' d'autodidactes le cinéaste a beaucoup lu et régurgite sa culture littéraire (de Schopenhauer à Kierkegaard) dans les dialogues du film, qui se veulent une sorte de discussion métaphysique sur le bien et le mal. Ici, la presse est unanime pour dire que Nymphomaniac est tout sauf érotique. Et ceux qui espéraient être titillés en voyant des acteurs et actrices connus se livrer en détail sur grand écran à des copulations diverses et variées en sont pour leurs frais. La productrice du film n'a-t-elle pas confié aux journalistes que les scènes hard ont été tournées par des professionnels du porno, et qu'ensuite grâce aux techniques digitales on a fusionné leurs images avec celles des comédiens figurant à l'affiche? La conférence de presse a été elle aussi un anti-climax. Lars von Trier s'est montré portant un tee-shirt proclamant «persona son grata».

 
 Lars von Trier arborant son t-shirt persona non grata

Allusion à sa calamiteuse conférence de presse à Cannes en 2011, où il avait tenu des propos incohérents du style « Après tout, oui, je suis peut-être un nazi». Sur quoi, la direction du festival l'avait aussitôt banni de la Croisette. Précision personnelle : à mon avis, von Trier n'est nullement un admirateur d'Adolf Hitler, comme on l'a décrit un peu rapidement. C'est un homme au psychisme fragile, qui en public se laisser aller à des déclarations aberrantes. Sans être docteur en psychologie, je pense qu'il y a des personnes sujettes à des accès d'auto-flagellation, qui peuvent éprouver un plaisir à se faire détester. En tout cas, au cours de cette rencontre berlinoise avec la presse, von Trier est resté muet et s'est éclipsé après cinq minutes. Quant à l'acteur américain Shia LaBeouf, il est apparu avec sur la tête un sac en papier portant l'inscription «I am no longer famous». Les photographes n'ont donc jamais eu droit à son visage. Au total, j'ai le sentiment qu'après une campagne de marketing agressive et habile (on voyait sur l'affiche les visages des interprètes supposés surpris en plein orgasme devant l'objectif), Nymphomaniac s'achemine vers un demi-flop. Le volume n°2 doit sortir dans un mois ou deux. Je n'ai aucune intention de m'y précipiter. (P.S. Je n'ai rien par principe contre les films érotiques, mais contre la prétention intellectuelle de ceux qui utilisent le sexe "à la sauce George Bataille" comme appât pour embobiner certains critiques. A ce sujet, voir les articles délirants publiés dans le journal Le Monde).

Rédigé par Marcel Croës

Media


Au coeur du cinéma avec Cinenews.be

Dans la même catégorie