Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Berlinale 2018 : c'est parti !

  • Rédigé par Marcel Croës
1 avis
Berlinale 2018 : c'est parti ! © 2018 Twentieth Century Fox

Comme film d'ouverture pour cette 68e Berlinale, on pouvait difficilement imaginer mieux. Le 15 février marquait le premier jour de l'Année du Chien, que les communautés chinoises du monde entier célèbrent avec ferveur. La programmation de Isle of Dogs de l'Américain Wes Anderson s'avérait donc idéale.

Dans ce long métrage d'animation, le réalisateur du très admiré Grand Budapest Hotel imagine que dans un futur pas trop éloigné les autorités japonaises ont imaginé de parquer dans une île infestée de détritus tous les quadrupèdes que l'on soupçonne de véhiculer un virus (« Dog Flu ») considéré comme fatal pour l'espèce humaine. Le héros de cette fable, un garçon de 12 ans, n'hésite pas à braver tous les dangers pour récupérer son animal de compagnie favori.

 

 
 © 2018 Twentieth Century Fox

 

Ce qui donne à l'histoire son côté saugrenu, c'est que les chiens sont doués de la parole (des acteurs célèbres comme Bill Murray ou Scarlett Johansson ont prêté leurs voix aux protagonistes canins). Connu pour son perfectionnisme, Wes Anderson a travaillé pendant deux ans dans un studio londonien à cette fantaisie où il emploie habilement la technique du « stop-motion ». En fait, son idée était de réaliser un film qui s'adresse aussi bien aux adultes qu'à un public jeune. Les cinéphiles noteront d'ailleurs au passage des références à des auteurs classiques du cinéma japonais comme Kurosawa ou Ozu.

 

 
 © Wes Anderson

 

Le public de la première berlinoise - où traditionnellement le monde politique côtoie le milieu du spectacle – a été visiblement enchanté.

Ce qui n'empêche pas tout de même qu'un certain degré de controverse a été observé dès le premier jour de cette Berlinale.

 

 
© Kim Ki-duk Film

 

Dans la foulée de la campagne #MeToo, qui dénonce des comportements inappropriés dans l'industrie du cinéma (affaire Weinstein et autres), un groupe de protestataires s'est élevé contre le fait que le réalisateur coréen Kim Ki-duk – auteur de Printemps, été, automne, hiver ... et printemps (2003) - a été invité ici pour présenter sa nouvelle production Human, Space, Time and Human.

 

 
 © Kim Ki-duk Film

 

Une actrice du film l'accuse de mauvais traitements et même de l'avoir agressée sexuellement. Le directeur de la Berlinale, Dieter Kosslick, a décidé de maintenir l'oeuvre au programme de la section Panorama, dans la mesure où un tribunal coréen a rejeté la plainte de l'actrice faute de preuves.

 

 

Rédigé par Marcel Croës

Actualités liées

 

Dans la même catégorie