Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Berlinale 2019 : ils ont osé la médiocrité !

  • Rédigé par Marcel Croës
1 avis
Berlinale 2019 : ils ont osé la médiocrité ! © Richard Hübner/Berlinale 2019

Ils ont osé. Contre toute attente, le jury de la 69e Berlinale, présidé par Juliette Binoche, a décerné l'Ours d'or à un médiocre film français alors que tout le monde s'attendait à voir triompher le seul véritable chef-d'oeuvre de cette compétition, So Long, My Son du réalisateur chinois Wang Xiaoshuai.

 

Synonymes de Nadav Lapid, réalisateur français né à Tel Aviv, raconte l'histoire d'un jeune Israélien fauché qui débarque à Paris avec la ferme volonté (pour des raisons qui me restent indéchiffrables) de renier totalement son identité israélienne : refusant de parler désormais hébreu, il ne s'exprime plus que dans un français hésitant, apprenant par cœur dans un petit dictionnaire Larousse les synonymes de chaque expression française. Scénario inconsistant, mise en scène faussement moderne qui accumule les clichés à la mode, Synonymes est un exemple affligeant de cet auteurisme narcissique qui sévit dans le cinéma hexagonal.

 

 

Et de surcroît, le jury berlinois nous a concocté unn palmarès décidément franco-français, puisque le deuxième prix (l'Ours d'argent) est allé au long métrage de François Ozon Grâce à Dieu. Cette dénonciation de la pédophilie dans l'Eglise de France trouvera sûrement un écho en raison de son actualité. Mais dans toute la filmographie d'Ozon (un des seuls cinéastes intéressants de sa génération), c'est à mon avis son œuvre la moins personnelle. Ce qui manque – comme dans beaucoup de films de la Berlinale - c'est un style ; Ozon se contente ici d'illustrer un sujet.

 

 

 

En conclusion, j'attends beaucoup de la 70e édition du Festival l'an prochain, avec à sa tête Carlo Chatrian, l'actuel directeur du Festival de Locarno. Nouvelle direction, nouvelle orientation, à rebours des mondanités d'un Dieter Kosslick (18 ans aux commandes, un mandat beaucoup trop long).
Et pour finir, la bonne nouvelle. So Long, My Son a trouvé un distributeur en Belgique. On peut donc s'attendre à une sortie prochaine de ce qui restera comme la révélation majeure de la 69e Berlinale.

 

Rédigé par Marcel Croës

Actualités liées

 

Dans la même catégorie