A+ A A-

Art & Culture

La nièce de Jafar Panahi remplace ce dernier et reçoit l'Ours d'or

Cinéma

Soulagement: le jury ne s'est pas trompé. Il y a 48 heures, je discutais, au sortir de l'émission « Projection privée » animée pour France Culture par Michel Ciment, je discutais, dis-je, avec mes collègues journalistes de la presse internationale, et nous étions nombreux à nous inquiéter du résultat final. On a vu si souvent, à Cannes, à Venise ou à Berlin, des jurys se livrer à des choix aberrants, sans qu'on puisse comprendre leurs motivations. Ici, au contraire, la décision finale me paraît indiscutable.

Lire la suite >>
Christian Friedel, Katharina Schüttler, Oliver Hirschbiegel pour 13 minutes

Cinéma

13 minutes: c'est le délai qui a permis à Adolf Hitler d'échapper le 8 novembre 1939 à un attentat qui aurait changé l'histoire du XXe siècle. Une bombe d'une énorme puissance devait exploser dans une brasserie munichoise où le dictateur avait convoqué ses fidèles. Comme la météo était défavorable, Hitler décida de rentrer à Berlin en train plutôt qu'en avion, et quitta la réunion treize minutes avant l'heure prévue. L'engin explosif, relié à une minuterie, détruisit une partie de la salle, tuant huit personnes et blessant une quantité d'autres membres de l'assistance.

Lire la suite >>
Eisenstein in Guanajuato de Peter Greenaway

Cinéma

Eisenstein était gay. L'homosexualité du cinéaste soviétique était depuis longtemps un secret de polichinelle en Occident. Mais en Russie, compte tenu de la pruderie du régime (qu'il soit communiste ou poutinien), le sujet était toujours tabou. Après tout, il a fallu plusieurs dizaines d'années pour que les musicographes de ce pays fassent timidement allusion aux véritables inclinations de Tchaikovsky.

Lire la suite >>
Le réalisateur Wim Wenders photographié en 2004 par Donata Schmidt-Wenders, sa femme

Cinéma

Le retour des has-been ou le cinéma des papys : la formule me vient à l'esprit quand je repense aux films de Werner Herzog et de Wim Wenders présentés ces jours-ci à la Berlinale. Queen of the Desert est un monument de super-kitsch où on n'arrive pas à prendre une seconde au sérieux les tribulations de l'aventurière anglaise Gertrude Bell (Nicole Kidman), célébrée comme une « Lawrence d'Arabie au féminin ». A ce flop du septuagénaire Herzog succède maintenant le nouvel opus de Wenders (né en 1945) Every Thing Will Be Fine, qui marque son retour à la fiction après une dizaine d'années consacrées à des documentaires.

Lire la suite >>
Toute l'équipe du film Als Wir Träumten

Cinéma

Ostalgie: cette contraction de l'allemand Ost (l'Est) et Nostalgie a été inventée pour désigner le sentiment ambivalent de quelques intellectuels occidentaux à l'égard des régimes communistes de l'Europe de l'est. Comme si tout n'était pas à rejeter dans certaines valeurs dont se réclamaient les tenants du « socialisme réel ». Rappelez-vous le film Goodbye Lenine qui évoquait avec une ironie teintée d'affection la vie quotidienne dans l'Allemagne d'Erich Honecker...

Lire la suite >>
Christian Bale et Natalie Portman dans le dernier film de Mallick

Cinéma

Accident industriel : si la formule devait s'appliquer à un film, le candidat de l'année serait à coup sûr Knight of Cups. Après l'affligeant To the Wonder (2012), le nouvel opus de Terrence Malick, présenté en compétition, confirme la dégringolade artistique du cinéaste texan.

Lire la suite >>
Ixcanul du réalisateur guatémaltèque Jayro Bustamante

Cinéma

Le Festival a fait sa "B.A." tiers-mondiste en présentant en compétition Ixcanul, premier long métrage de Jayro Bustamante, réalisateur guatémaltèque de 37 ans. Un ami berlinois plutôt cynique m'assure que chaque année la Berlinale s'impose de montrer une œuvre d'un pays lointain où la cinématographie est encore balbutiante. Il arrive même qu'un de ces films remporte une récompense importante: ce fut le cas pour La teta asustada (Ours d'or en 2009) de la Péruvienne Claudia Llosa, qui fait d'ailleurs partie du jury de cette édition 2015.

Lire la suite >>
La réalisateur Jafar Panahi

Cinéma

Interdiction professionnelle: c'est depuis plusieurs années le statut de Jafar Panahi, un des meilleurs cinéastes iraniens. En 2011, il avait été invité à faire partie du jury de la Berlinale. Le régime des ayatollahs lui avait alors interdit de quitter son pays et l'avait déclaré coupable de « propagande hostile au système ».

Lire la suite >>
Nadie quiere la noche

Cinéma

Le film d'ouverture de cette 65e Berlinale, Nadie quiere la noche (littéralement : Personne ne veut la nuit) d'Isabel Coixet, est décidément un drôle de choix...

Lire la suite >>
Anima pour la Saint Valentin...

Cinéma

Depuis 1982, le rendez-vous annuel du film d'animation, Anima vous fait découvrir un univers enchanté rempli de découvertes. Des nuits animées, des avant-premières, des concerts, des expositions et beaucoup d'autres choses...

Lire la suite >>