A+ A A-

To the point Le portrait néo-impressionniste

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
0 avis
Georges Seurat, Un dimanche après-midi sur l’île de la Grande Jatte, 1884-86, Helen Birch Bartlett Memorial Collection, 1926.224, The Art Institute of Chicago Georges Seurat, Un dimanche après-midi sur l’île de la Grande Jatte, 1884-86, Helen Birch Bartlett Memorial Collection, 1926.224, The Art Institute of Chicago

Radicalisation méthodique de l'impressionnisme, le néo-impressionnisme est incarné dans sa plus forte expression par l'œuvre de Georges Seurat Un dimanche après-midi à l'île de la Grande-Jatte (1884-1885). Exposé à Bruxelles dans le cadre du Salon des XX en 1887, le tableau donna naissance à la filière belge du néo-impressionnisme. L'exposition proposée par ING Belgique, en partenariat avec l'Indianapolias Museum of Art, offre un regard neuf sur ce mouvement en mettant en exergue un genre particulier du mouvement : le portrait.

La chronologie de l'exposition court de 1886, date à laquelle le critique français Félix Fénéon inventa le terme "néo-impressionnisme" qui se constitue alors pleinement comme mouvement, à 1904, lorsque Henri Matisse en livre une évolution plus libre, qui verra l'éclosion du fauvisme (avec Luxe, calme et volupté). À sa naissance, le néo-impressionnisme est en fait la volonté de réformer méthodiquement l'impressionnisme. Ne pas rejeter "l'impression" première, subjective, mais lui fournir un cadre théorique et donner de la régularité à la touche. Par ailleurs, à l'époque, les théories scientifiques sur la physiologie de la vision et particulièrement la Loi du contraste simultané de Helmholtz, Rood, Chevreul (publiée en 1839 et rééditée en 1889) nourrissent les imaginaires. Son principe de base est le suivant : lorsqu'on juxtapose deux objets colorés, ou lorsqu'on les regarde successivement, chacun influence la perception qu'a l'œil de la nuance et du ton de l'autre.

 
 Paul Signac, Portrait de ma mère, 1892. Collection privée.

Diffusion des théories néo-impressionnistes
Georges Seurat sera l'initiateur de cette méthodologie, de cet ordre apporté à l'impression. Son Dimanche après-midi à l'île de la Grande-Jatte constitue en quelque sorte le manifeste néo-impressionniste et la modernité de ce chef-d'œuvre lui vaudra une reconnaissance internationale. Dès 1887, Georges Seurat est invité au Salon des XX à Bruxelles, alors une plateforme d'échanges foisonnante. La diffusion des concepts néo-impressionnistes est en marche et une école belge, mais aussi internationale, voit le jour. À travers les différents courants qui jalonnent l'histoire de l'art, des particularités régionales se manifestent, véritables marqueurs des foyers intellectuels et artistiques. Le néo-impressionnisme n'échappe à pas la règle. À Paris, Georges Seurat, Paul Signac, Lucien Pissarro, Maximilien Luce, Henri Delavallée, Henri-Edmond Cross ou encore Achille Laugé utilisent la technique du pointillisme avec une volonté d'objectivité. Leurs recherches sur la lumière et la couleur objective, recomposée par l'œil au départ des points de couleurs juxtaposés, véhiculent l'idée du portrait effigie, neutre et objectif. Une sorte de rendu surnaturel émane d'ailleurs de certaines œuvres et influencera en ce sens certains surréalistes... Quant aux Belges et quelques autres artistes étrangers, tels William Jelley, Henry Van de Velde, Georges Lemmen, George Morren ou encore Théo Van Rysselberghe, ils démontreront plutôt, à travers leurs portraits, une recherche de volumes tridimensionnels mais aussi (et plus particulièrement) une dimension intimiste, psychologique doublée d'une grande profondeur.

PLACES VIP A GAGNER EN ENVOYER VOS COORDONNEES COMPLETES A CONCOURS@EVENTAIL.BE - Jouez et gagnez!

Trois bonnes raisons d'aller voir l'exposition To the point:

  • 1- Pour la première fois depuis leur création, les trois portraits des talentueuses sœurs Sèthe sont réunis. Peintes par Théo Van Rysselberghe, Alice (1888, Musée du Prieuré, Saint-Germain-en-Laye), Maria (1891, KMSK, Anvers) et Irma (1894, Petit Palais, Genève) se retrouvent...
  • 2- Pour voir le film du vidéaste hollandais Paul Hendrikse, invité à partager sa propre vision, une sorte de réinterprétation du néo-impressionnisme.
  • 3- Pour découvrir le studio didactique "Du point au pixel" permettant d'expérimenter les théories de la couleur ayant nourri les théories néo-impressionnistes.
To the Point
Du 19 février au 18 mai
Espace culturel ING
6 place Royale, Bruxelles
www.ing.be/art
Rédigé par Sybille Wallemacq

1 Commentaire

  • steinfeld.jacques

    Très belle exposition,belles découvertes; à recomander

    steinfeld.jacques Lien vers le commentaire

Dans la même catégorie