Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Il me faut tout oublier à la Maison Rouge

  • Rédigé par Alexia Werrie
1 avis
Philippe Vandeberg, La tête aux clous (détail), encre de chine sur papier, 1994. Philippe Vandeberg, La tête aux clous (détail), encre de chine sur papier, 1994. © Droits réservés

Si vous prévoyez prochainement un petit city trip dans la capitale française, n'oubliez pas d'aller voir la double exposition Il me faut tout oublier des belges Berlinde De Bruyckere et Philippe Vanderberg à la Maison Rouge. La grande Berlinde de Bruyckere, est commissaire de sa propre exposition, qu'elle a décidé de partager avec son ami, malheureusement décédé, le peintre flamand Philippe Vandenberg, dont l'œuvre est moins connue, en particulier pour le public français.

Pour De Bruyckere l'essence de l'art se situe dans l'invisible et l'indicible que communiquent les œuvres. Il me faut tout oublier se base donc sur un dialogue, un dialogue inaudible entre ses œuvres sculpturales et les peintures de son ami disparu. Les deux artistes ont des techniques très différentes, mais s'entendent sur des questions de fond. Tout deux expriment le même concept: la capacité de métamorphose de l'être humain à travers les procédés d'hybridation (la beauté) et de fragmentation (la douleur). Le thème principal de l'exposition, l'oubli, ressort principalement des œuvres et des lettres de Vandenberg. Kill Them all, l'œuvre la plus saillante, consiste en l'exposition de pensées intimes du peintre, exposées sur les murs, encourageant à faire table rase du passé, des souvenirs personnels, et des acquis de l'histoire de l'art. Le discours du peintre est fragmenté, car selon ses propres mots, la nature humaine est fragmentée, et de cette matière en morceaux se construit un tout: l'âme.

 

 

De corps en transition et d'œuvres volontairement inachevées sort une idée, un sens invisible, c'est-à-dire, selon De Bruyckere: de l'art. Cette exposition, hantée par la violence, la douleur et la mort de l'âme sœur artistique de Berlinde De Bruyckere, n'est pas facile à voir, mais nous la recommandons, car elle est une réflexion très travaillée sur la nature humaine, ses faiblesses et ses forces, ainsi que sa dimension matérielle et spirituelle.

Si vous visitez Paris avant le mois de mai, surtout ne la ratez pas.

 
 
Il me faut tout oublier
Jusqu'au 11 mai                                   Maison Rouge, Paris
www.lamaisonrouge.org 
 

 

 

Rédigé par Alexia Werrie

Dans la même catégorie