Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

5 mots pour 1 expo SOFT? : Dialogues Tactiles

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
0 avis
Sharing on Facebook
Klaas Rommelaere, 'Future', 2018 Klaas Rommelaere, 'Future', 2018 © MoMu Antwerp/Stany Dederen

Le MoMU d'Anvers nous invite à une (re)découverte de l'art textile belge des années 1970-1980 mis en dialogue avec des créations textiles actuelles. C'est rafraichissant. Avant-goût de visite, en 5 mots.

Hors les murs

 Depuis le 16 avril dernier, le MoMu a quitté ses murs de la Nationalestraat à Anvers. Le musée est en rénovation et sera agrandit. Des travaux de grande ampleur qui le contraignent à sillonner les routes belges et à nous inviter à découvrir d'autres espaces, d'autres collaborations comme ici avec la fondation Maurice Verbaet, toujours à Anvers. Le MoMu réouvrira en 2020 avec un tout nouvel espace permettant de mettre en avant ses collections et avec elles l'Histoire de la mode belge.

 

Liberta Ferket, Treurend vangnet, 1975 © MoMu 

 

Jeune génération

SOFT? Dialogues Tactiles est une expo qui traite de la liberté avec laquelle les artistes évoluent entre différents médiums, des applications inattendues du textile, de la tactilité ou de l'aversion, des textures et de la peau des sculptures. Confrontée à des œuvres des années 1960-1970 (Veerle Dupont, Suzannah Olieux ou encore Liberta Ferket), la jeune génération (Kati Heck, Nel Aerts, Anton Cotteleer, Sven 't Jolle, Klaas Rommelaere, Christoph Hefti, Stéphanie Baechler et Kirstin Arndt) questionne, interroge et se positionne pour offrir un dialogue esthétique inattendu.

 

TEASER - SOFT? Dialogues Tactiles from MoMu Fashion Museum Antwerp on Vimeo.

 

Féminisme

Dans les années 1960 et 1970, des artistes tant féministes que post-minimalistes et adeptes du fiber art se tournent vers le textile. Ils sont attirés par les possibilités esthétiques, le potentiel structurel et la force significative de ce matériau doux. L'usage intuitif ou militant du textile – matériau traditionnellement associé au secteur commercial ou industriel – fait pression sur la distinction classique entre les beaux-arts et les arts décoratifs. C'est précisément l'association sexiste entre textile et « travail de femme » ou « décoration » qui pousse les artistes féministes à l'utiliser pour dénoncer les rapports de force dans le monde de l'art.

 

Tapta, Horizon Flexibles, 1976 © MoMu 

 

Klaas Rommelaere

Figure artistique belge de la jeune génération, Klaas Rommelaere a étudié la mode à Gent et a expérimenté énormément dans le domaine de la dentelle. Pour SOFT, il a réalisé des tapisseries à la main et propose une réflexion sur le temps qui passe. Ses tapisseries sont un éloge à la lenteur au vu des heures de travail nécessaires à leur réalisation à la main.

Escalier monumental

La fondation Maurice Verbaet possède des collections dédiées à l'art belge la Seconde guerre Mondiale. L'architecture du bâtiment datant des années 1960, l'escalier monumental et la galerie d'art offrent un décor impressionnnant à l'exposition.

 

 
Wiesi Will, 'Air Dancers', 2018, © MoMu Antwerp/Stany Dederen 

 

Jusqu'au 24 février 2019
MOMU hors les murs
Maurice Verbaet Center
64A, Mechelensesteenweg
2018 Anvers
www.momu.be

 

Rédigé par Sybille Wallemacq

Actualités liées