Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

On a testé pour vous la pleine conscience aux Musées Royaux des Beaux-Arts

  • Rédigé par Sybille Wallemacq
1 avis
Sharing on Facebook
On a testé pour vous la pleine conscience aux Musées Royaux des Beaux-Arts © DR/Shutterstock.com

Alors qu'on vous parlait il y a peu du slow art, nous voici dans une expérience de consommation culture un peu similaire. A quelques nuances près. Décorticage d'une nouvelle pratique de la pleine conscience... dans les salles d'exposition.

En ce printemps encore un peu frais*, nous avions rendez-vous dans le grand hall des Musées Royaux des Beaux Arts, rue royale. Avec quelques journalistes, nous voilà rassemblés autour de Marjan Abadie qui, tout sourire, se présente et nous confie la primeur de l'expérience. Rien de moins que fondatrice de l'Institut Mindfullness et du Serenity Bar, elle n'en demeure pas moins « humaine ». C'est en totale confiance que nous la suivons à travers les dédales du musée pour aller s'installer dans les salles d'exposition dédiées au siècle d'or hollandais, tout juste réouvertes.

 

© Musées Royaux des Beaux Arts 

 

Devant nous, Les disciples d'Emmaüs, un monumental panneau de bois peint par Abraham Bloemaert en 1622. Marjan de nous expliquer : « J'essaie de proposer une expérience qui touche l'humain, faisant fi de sa culture ». Après quelques explications sur les grands principes de la mindfullness (porter son attention sur l'instant présent, se connecter à ses sensations et de laisser passer ses pensées sans jugement, dans la bienveillance), la séance va commencer. Chacun est assis, nous sommes en arc de cercle devant la toile, Marjan est debout et nous invite à respirer calmement, nous positionner confortablement et de nous laisser guider par ses paroles. Grâce à elle, nous sortons de nos lorgnettes habituelles qui nous guident dans ce que l'on voit... La lecture de l'œuvre n'est pas historique, pas thématique, elle est libre. Chacun peut y voir ce qu'il veut, prendre sa part de liberté dans la lecture. « Entre le stumuli et la réaction il y a un espace que l'on peut prendre et c'est là où se trouve notre liberté » conclut Marjan.

 

© Quaderni.org 

 

L'expérience est plus qu'agréable. Nous devons quitter le groupe qui va continuer sa voyage vers Les rhétoriciens de Jan Steen. Nous sortons, heureuse, de d'avoir participé à cette séance et recommencerions demain s'il était possible... mais le succès est tel que les visites prévues affichent complet. Il faut maintenant procéder par réservation.

Toutes les infos sur www.fine-arts-museum.be/visites-mindfulness ou via [email protected]

 

* expérience vécue en mai dernier
Rédigé par Sybille Wallemacq

Actualités liées

 

Dans la même catégorie