A+ A A-

Signé Koen Vanmechelen!

  • Rédigé par S.W.
0 avis
Chida, Signature – C.C.P., Guy Pieters Gallery, Knokke, 2014 Chida, Signature – C.C.P., Guy Pieters Gallery, Knokke, 2014 © Koen Vanmechelen. Photo by Alex Deyaert

Entré dans la cour des artistes belges internationalement reconnus, depuis presque une décennie déjà, Koen Vanmechelen est (principalement) réputé pour son Cosmopolitan Chicken Project. La nouvelle Guy Pieters Gallery de Knokke présentera, dès le 11 octobre, un large éventail des créations de l'artiste trudonnaire à travers l'exposition Signature.

 

Dans L'Eventail du mois de juin dernier, nous vous présentions La Génération Noble de Koen Vanmechelen, une exposition centrée sur le Cosmopolitan Chicken Project (CCP) et plus précisément sur la naissance de la 18e filiation née sur les terres du château de Chimay. Le CCP est un projet initié en 1999 basé sur le métissage de différentes races de poules. Chaque année, des poulets domestiques (gallus gallus) issues de différents pays sont croisées afin de créer un poulet cosmopolite, symbole, selon l'artiste, de la diversité globale. L'animal avatar de l'humain... L'Eventail a posé quelques questions à Koen Vanmechelen.

 

Under Cover – Signature – C.C.P., Guy Pieters Gallery, Knokke, 2014 © Koen Vanmechelen. Photo by Alex Deyaert

 

L'Eventail – Quelles sont les raisons qui vous poussent à mettre l'humain, le vivant au centre de vos créations ?
Koen Vanmechelen – Parce que pour moi, c'est ça l'art. Depuis vingt ans maintenant, les animaux ont été au centre de mon travail comme un moyen de commenter la diversité bio-culturelle. Bien sûr, les poules sont les figures les plus connues, mais j'ai aussi des lamas, des autruches, des hiboux et des aigles dans mon atelier. Je les transpose en objet d'exposition, comme un moyen de créer un commentaire sur la société. Le bien-être de ces animaux constitue toujours une priorité. Je n'ai jamais tué d'animaux, ils meurent de cause naturelle et après cela, je leur donne une sorte de seconde vie à travers mon travail artistique, la taxidermie. L'exposition à Knokke présente plusieurs de ces travaux. Pour moi, l'art n'a pas de sens s'il n'est pas vivant ; le seul moyen de réellement commenter la société est d'utiliser la vie.

– La diversité est-elle une nécessité pour vous ? La seule manière d'évoluer positivement ?
– Oui, sans la diversité, il n'y a pas de fertilité ni d'immunité. C'est la source de tout. Cela a aussi été reflété dans le CCP. Après autant d'années de croisement, j'ai remarqué que les animaux vivaient plus longtemps, avaient moins de maladie et donnaient plus de descendance. D'importants scientifiques (Jean-Jacques Cassiman a.o.) ont également observé cela et, ensemble, nous avons initié le Cosmopolitan Chicken Research Project (CC®P) ; la recherche scientifique menée sur l'ADN des poules a prouvé que cela générait effectivement plus de diversité... Les conclusions que l'on peut tirer de cette recherche permettront non seulement d'apprendre quelque chose à propos de ces poulets, mais aussi à propos des humains. À présent, la recherche se focalise sur l'immunité et je suis curieux de découvrir les résultats.

– Qu'est-ce que cette exposition, Signature, a de particulier ?
– L'exposition est vraiment éclectique et se concentre sur le thème central de mon travail, à savoir la diversité bio-culturelle. Une combinaison de "vie" et de "matériels" qui représente le futur, le passé et le présent. Des éléments qui n'existent pas aujourd'hui mais qui stimulent notre imagination. Par ailleurs, cela dessine réellement la carte que je trace en voyageant à travers le monde. Dans ce sens, le titre, $Signature$, exprime que, dans cette diversité, c'est tout mon travail qui est représenté [en d'autres termes, les œuvres proposées, différentes d'apparence, portent toutes, malgré l'éclectisme, la signature de l'artiste].

– En quoi exposer dans une galerie a du sens pour des projets artistiques tels que le vôtre ? Un cloisonnement vers l'intérieur n'est-il pas contraire à votre intention première ?
– Cela a certainement du sens et même plus que cela : c'est essentiel que je puisse montrer mon travail et le diffuser à une large audience. L'équilibre s'avère également important pour moi ; il s'agit de créer l'inattendu ou – d'une certaine manière – de casser les références muséales. Mais à la fin, c'est dans de tels endroits que je peux diffuser mon message. Il est important de créer des contradictions pour pouvoir réellement commenter la société.

 

Une ode à la vie, sorte de métaphore de la condition humaine donc à découvrir dès ce mois-ci.

 

Signature
Du 25 octobre au 5 janvier
Guy Pieters Gallery
Zeedijk, Knokke
www.guypietersgallery.com
 
 
Rédigé par S.W.

Media

Actualités liées

 

Dans la même catégorie