A+ A A-

À quatre-vingt-trois ans, Pierre Richard n'a rien perdu de sa gouaille et de sa volubilité, comme il le montre régulièrement au cinéma (trois films prévus en 2018) et au théâtre.

À Londres, capitale d'un État devenu ultrasécuritaire, la censure est partout et touche notamment le domaine littéraire. Mais la résistance s'organise.

Un couple découvre dans son appartement un jeune homme sourd venu lui annoncer son mariage et qui prétend être son fils, alors qu'il s'est toujours cru sans enfant. Michel Kacenelenbogen met en scène et interprète cette comédie décapante de Sébastien Thierry créée à Paris en 2015 avec François Berléand et Muriel Robin.

Né il y a 79 ans, l'Américain Israël Horovitz (récemment accusé d'agressions sexuelles) est l'un des auteurs dramatiques contemporains les plus joués au monde. Près de trois décennies après Jane Birkin et Pierre Dux, Emmanuelle Devos et Pierre Arditi se retrouvent face à face dans Quelques part dans cette vie, le metteur en scène Bernard Murat succédant à Jean-Loup Dabadie.

Après vingt-sept ans de mariage, comment encore se surprendre ? Philippe et Catherine ont une idée : chacun affirme deux mensonges et une vérité, à l'autre de les deviner. Si, pour elle, ce n'est guère difficile, pour lui, c'est nettement plus périlleux. D'autant plus si son ami gaffeur (Frédéric Bouraly) s'en mêle. Mise en scène de Jean-Luc Moreau.

Paru en janvier 2016, En attendant Bojangles, le premier roman d'Olivier Bourdeaut paru chez un petit éditeur bordelais (Finitude) a reçu un excellent accueil critique et est devenu un bestseller surprise vendu à 350 000 exemplaires.

Si son nom ne vous dit rien, peut-être son visage juvénile vous évoquera-t-il quelque chose. À tout le moins, aux aficionados de Questions pour un champion, du temps où ce jeu télé était encore présenté par Julien Lepers.

Florian Zeller est l'un des jeunes auteurs de théâtre les plus acclamés aujourd'hui. Un couple séparé (Anne Consigny et Yvan Attal) est confronté au mal de vivre de leur fils de dix-sept ans.

Isabelle Carré est un peu l'archétype de la girl next door, la fille simple et sympa avec laquelle on a envie d'être copain, qui ne la ramène pas. Cette année, elle a ajouté une corde à l'arc de ses talents en publiant un premier roman autobiographique fort remarqué, Les Rêveurs.

Comme cadeau pour ses cinquante ans, un peintre en mal d'inspiration, fatigué par sa compagne et furieux que son fils soit trader, reçoit d'une inconnue un luxueux duplex à Paris.

Page 1 sur 2