Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Les musées s'exportent à l'international : le Guggenheim

  • Rédigé par Sarah Belmont
1 avis
Le projet du Guggenheim à Abu Dabi a été imaginé par Franck Gehry, comme pour le Guggenheim de Bilbao Le projet du Guggenheim à Abu Dabi a été imaginé par Franck Gehry, comme pour le Guggenheim de Bilbao © DR

Depuis quelques années, les musées prennent racine, pour une durée limitée ou pour de bon, à l'étranger. Le Guggenheim arrive en tête de cette mondialisation artistique, suivi de près par le Centre Pompidou et le Musée du Louvre.

Pour l'instant, le Guggenheim s'impose comme le musée le plus expansionniste du monde. Trente-huit ans séparent l'inauguration de la maison-mère new-yorkaise, en 1959, et l'ouverture de sa filiale à Bilbao. L'architecte Frank Lloyd Wright se cache derrière la première. Un autre Frank, Gehry, conçoit les plans de la seconde.

 

 
Le Guggenheim de New York © DR 

 

Les chiffres ne trompent pas. Depuis son lancement, le 18 octobre 1997, l'antenne basque comptabilise plus d'un million de visiteurs en moyenne par an, faisant de Bilbao une destination touristique de choix. L'expression « Guggenheim effect » apparaît rapidement pour désigner une croissance économique due à une initiative culturelle.

 

 
Le Guggenheim de Bilbao © DR 

 

Fort de ce succès, le Guggenheim décide de multiplier ses implantations à l'étranger. Une entreprise aux résultats mitigés. Soutenu par la Deutsche Bank, le Deutsche Guggenheim ouvre un mois après son grand frère basque pour fermer ses portes quinze ans plus tard. Quinze ans valent mieux que sept. Telle est la durée de vie du Guggenheim de Las Vegas, disparu en 2008 du fait de difficultés financières.

 

 

 

Le Deutsche Guggenheim, pourtant soutenu par le Deutsche Bank a fermé ses portes après quinze ans. Cela fait tout de même 8 ans de plus que le Guggenheim de Las Vegas © DR 
 

D'autres projets ont été avortés. C'est le cas du Guggenheim Hermitage de Vilnius, en Lituanie, dont la construction revenait à l'architecte anglo-irakienne Zaha Hadid. La fin des travaux était prévue pour 2013. Même désillusion au Mexique, où le musée Guggenheim de Guadalajara n'a jamais vu le jour. Sans oublier l'échec finlandais. En 2011, la fondation Guggenheim annonce son installation à Helsinki, pour un coût initial de 140 millions d'euros. Cinq ans plus tard, la municipalité rejette définitivement le projet, trop dispendieux à ses yeux.

 

 
Le projet de Guggenheim Hermitage de Vilnius, dessiné par l'architecte Zaha Hadid, abandonné en 2010 © DR 

 

Malgré cette série de fausses alertes, les rumeurs quant à une exportation brésilienne demeurent. Le projet le plus concret se destine pourtant à Abu Dhabi. Le Guggenheim prendra bientôt ses quartiers à côté du Louvre, sur l'île de Saadiyat. On ne change pas une équipe qui gagne : le bâtiment d'environ 200 millions de dollars et de 32 000 mètres carrés sera, comme à Bilbao, dessiné par Frank Gehry.

 

 
La Collection Peggy Guggenheim, à Venise © DR 

 

Hormis le Guggenheim, les grandes institutions anglophones se montrent timides en matière de développement international. C'est pourquoi les prochains épisodes de cette série porteront sur deux enseignes françaises...

Rédigé par Sarah Belmont

Dans la même catégorie