A+ A A-

Nuits Botanique : au printemps des musiques actuelles

  • Rédigé par Maxime Delcourt
0 avis
Talisco Talisco © Mathieu Zazzo

Du 09 au 19 mai, les Nuits Botanique envahissent Bruxelles pour la 22ème année consécutive avec une programmation riche et éclectique. Défricheuse, également !

 

Les Nuits Botanique, on le sait, constitue l'un des festivals majeurs du pays. Cette année encore la programmation s'ouvre avec talent et intelligence aux nouvelles tendances, fait la part belle à l'éclectisme et offre un véritable soutien à la scène belge et aux artistes émergents – 60% de la programmation effectue son premier concert en Belgique.

Si la traditionnelle (et toujours fabuleuse) Nuit Belge a été supprimée, cette 22ème édition met un point d'honneur à défendre la scène locale: le 9 mai, l'on ira ainsi s'enivrer au rythme excentrique et synthétique de l'électro-pop de Véronique Vincent & Aksak Maboul ; le 11, l'on s'évadera de tout urbanisme avec Fùgù Mango, accompagné pour l'occasion de six sœurs égyptiennes ; le 12, l'on se perdra dans la pop déstructurée de Great Mountain Fire (dans le cadre de la release party de leur second effort) et dans la folle soirée réservée à la Rotonde et au Grand Salon au 20ème anniversaire de 62TV Records (Paon, Alpha Whale, Mad Dog Loose, Italian Boyfriend). On appréciera également la nouvelle création de Nicolas Michaux, Demain N'appartient Qu'à La Nuit, l'indie-pop de Balthazar, le hip-hop de L'Or Du Commun et le jazz d'Aka Moon.

Côté découverte, les Nuits Botanique a également de sérieux arguments à faire valoir avec la poésie surréaliste de Feu! Chatterton, la cold-wave de Grand Blanc, le folk magique de Tobias Jesso Jr., l'electronica sans frontières de Fakear et la pop aventureuse de Talisco. Auteur du chaleureux Run l'année dernière - premier album porté par l'irrésistible « Your Wish » - , ce dernier porte d'ailleurs un regard enthousiaste sur la capacité de ce festival à promouvoir les nouvelles générations : « En Belgique, il y a une vraie scène et un vrai public attentif à la musique et aux jeunes découvertes. J'ai l'impression qu'ici il y a une vraie affinité avec les musiques anglo-saxonnes, que les spectateurs ont très vite été bercés par elles. » Au point de considérer les Nuits Botanique comme un tremplin ? En quelque sorte : « Il y a tellement de groupes qui ont effectué leur premier concert ici, qu'ils soient belges ou non, que ce festival représente forcément une belle porte d'entrée pour se faire un nom au sein d'un pays qui dénombre beaucoup de festivals. En plus, le lieu est vraiment classe. »

Bien évidemment, le festival bruxellois ne serait se limiter à ces deux aspects. Comme chaque année, l'on retrouvera ainsi avec plaisir de jolies têtes d'affiche : le hip-hop millimétré de Ghostpoet, le verbe poétique de Dominique A, les ballades saisissantes de Benjamin Clementine, la pop hybride de The Dø, la dance-music de Hot Chip ou la soul moderne des deux sœurs Ibeyi – sans oublier deux soirées, organisées en avant-première fin avril au Cirque Royal, réunissant Godspeed You! Black Emperor, Flying Lotus et Shabazz Palaces.

Autant de pistes empruntées tous azimuts afin de synthétiser au mieux la beauté et la richesse des musiques actuelles. #Nuits2015

 

Plus d'infos: www.nuits2015.be

 

 

Rédigé par Maxime Delcourt

Media

Actualités liées

 

Dans la même catégorie