Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 783
A+ A A-

L'été des tubes #4 : Indochine - J'ai demandé à la lune (2002)

  • Rédigé par
0 avis
L'été des tubes #4 : Indochine - J'ai demandé à la lune (2002) © Droits réservés

Jusque fin août, L'Eventail revient chaque semaine sur l'histoire de différents tubes qui ont accompagné les étés de plusieurs générations, des années 1970 aux années 2000. Cette semaine, on retourne à l'été 2002, porté par le grand retour d'Indochine avec « J'ai demandé à la Lune ».

Historiquement, il y a deux sortes de tubes de l'été. D'un côté, des singles ouvertement ringards, uniquement aptes à faire danser dans les booms de camping ou dans les Club Med. De l'autre, des titres composés par des artistes respectés par la critique, soudain sous les feux des projecteurs le temps de quelques semaines. En 2002, par exemple, on pouvait soit se déhancher en oubliant toute dignité sur "Aserejé" de Las Ketchup ou "Stach Stach" des Bratisla Boys, soit on découvrait un récit post-11 septembre avec « Manhattan-Kaboul » de Renaud et Axelle Red ou la mélancolie d'un homme aux idées noires avec « J'ai demandé à la Lune » d'Indochine.

 

Écrite par le leader de Mickey 3D, Mickaël Furnon, qui l'a d'ailleurs réinterprété à plusieurs reprises sur scène, cette chanson n'était pourtant que la face B du single « Punker » à l'origine. Trop mélancolique, pas assez optimiste et insouciant avec ses confessions de dépressif (« J'ai demandé à la lune/Si tu voulais encore de moi/Elle m'a dit : "j'ai pas l'habitude/De m'occuper des cas comme ça"/Et toi et moi/On était tellement sûr/Et on se disait quelquefois/Que c'était juste une aventure/Et que ça ne durerait pas. »), « J'ai demandé à la Lune » n'avait a priori rien pour séduire le grand public et l'inciter à acheter l'album Paradize – finalement vendu à plus d'un million d'exemplaires. Mais les radios, étonnamment fascinées par ce mélange de noirceur et de poésie meurtrie, porté par le chant d'une petite fille de huit ans (Pauline Léonet, fille de l'animateur belge, Rudy Léonet) ajouté avant le mixage final, en décident autrement et font de « J'ai demandé à la Lune » un immense tube, écoulé à plus de 750 000 exemplaires. Mieux qu'un coup de poker, un coup de maître.

Rédigé par

Actualités liées

 

Dans la même catégorie