Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 783
A+ A A-

Tube du grenier : la magie de Queen

  • Rédigé par
1 avis
Tube du grenier : la magie de Queen © Droits réservés

Eventail.be vous propose de (re)plonger dans la manne à disques... De nombreux tubes ont jalonné l'histoire de la musique. Rendez-vous chaque mois pour le Tube du Grenier. Ce mois-ci, retour sur le mythique « A King Of Magic » de Queen, dont on fête les trente ans cette année.

 

A Kind Of Magic, c'est d'abord un album, le onzième de Queen. Celui où le groupe de Freddie Mercury, en 1986, s'autorise des incartades dans le hard-rock, celui qui laisse davantage de place au batteur et claviériste Roger Taylor tout en éclipsant encore davantage l'importance de son charismatique leader dans la confection des morceaux, celui qui se doit de surfer sur le succès du précédent, The Works, porté par l'immense « I Want To Break Free », celui qui, enfin, est censé apaiser les récentes tensions apparues au sein du groupe et permettre à Queen de se recentrer autour de la création musicale.

 

 

Mais « A Kind Of Magic », c'est aussi l'un des plus célèbres morceaux du quatuor anglais, l'un de ces singles composés spécialement début 86 pour la bande-originale d'Highlander – au même titre que « Princes Of The Universe », « One Year Of Love » ou « Who Wants To Live Forever », trois autres grands classiques. Comme sur le disque précédent, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, Freddie Mercury n'est toutefois pas à l'origine du plus grand succès de A Kind Of Magic.

En 1984, « It's A Hard Life » avait connu nettement moins de passages radios que « Radio Ga Ga », composé par Roger Taylor, alors les trois autres membres du groupe décident de lui renouveler leur confiance et le laisse aller à toutes ses envies lors de la conception de « A Kind Of Magic ». Une légende tenace voudrait que Freddie Mercury ait profité que Roger Taylor ait le dos tourné pour peaufiner le mixage final, mais il semble bien que ce soit au batteur de Queen que l'on doit cette formule ouvertement pop, ces multiples effets de reverb et cette mélodie qui fera le bonheur des spectateurs réunis à Wembley les 11 et 12 juillet 1986, pour l'une des dernières performances live de Freddie Mercury.

Rédigé par

Actualités liées

 

Dans la même catégorie