A+ A A-

Les belles ambitions du Tournai Jazz Festival

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Les belles ambitions du Tournai Jazz Festival © Droits réservés

Du 8 au 12 février prochain, le Tournai Jazz Festival revient avec une sixième édition qui promet d'ores et déjà quelques surprises, d'étonnantes découvertes et de belles promesses.

Plus qu'un simple événement annuel, le Tournai Jazz Festival est en passe de devenir une institution. Du 8 au 12 février prochain, soit deux jours de plus que les cinq éditions précédentes, les programmateurs ont en effet eu la bonne idée de varier les plaisirs et de décloisonner, une fois n'est pas coutume, les horizons du jazz. Durant cinq jours, l'opportunité nous est donc offerte d'assister aux concerts de quelques grands noms (Manu Katché, déjà présent en 2013), de s'exposer à des projets ambitieux (Kyle Eastwood et Anouar Brahem & Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, dont l'album Souvenance est nourri des bouleversements politiques survenus en Tunisie au tournant de l'année 2011) ou de découvrir belles promesses (Jacky Terrasson & Stéphane Belmondo, Ivan Paduart & Quentin Dujardin).

 

 
 Manu Katché © Droits réservés

 

L'on trouvera également, là est l'intérêt, tout un tas d'artistes qui se fichent de répéter à l'infini une note bleue apprise par cœur, qui refusent de limiter le jazz à quelques archétypes, préférant à cela l'aborder pour ce qu'il est : une musique généreuse, en perpétuelle évolution, systématiquement ouverte sur le monde. Début février, l'on croisera ainsi avec un évident plaisir le « J.a.r.s » (jazzy and rythmique swing) des tournaisiens d'Uncle Waldo, le spoken word nourri aux musiques populaires de Récital Boxon, le jazz énergique et quelque peu hybride du duo Glass Museum et les visions électroniques du Nu Jazz Project. C'est d'ailleurs en se référant à l'un des préceptes de ce collectif formé à Bruxelles que l'on trouve la meilleure définition du Tournai Jazz Festival : « La musique est universelle et n'appartient à personne ».

 

 
Les Tournaisiens d'Uncle Waldo © Uncle Waldo

 

Le jazz, c'est pareil : il est universel et n'appartient à personne. Raison pour laquelle les organisateurs tournaisiens (le Tournai Jazz Evènement et la Maison de la Culture de Tournai) n'ont eu aucun scrupule à inviter CharlÉlie Couture, de retour avec un vingtième album, et l'intrigant Guy Verlinde Trio, dont le répertoire présenté le 11 février retrace avec harmonie et passion les courants les plus marquants du blues (Delta Blues, Chicago Blues, Funk Blues...). Ouverture d'esprit, on vous dit.

 

www.tournaijazz.be
Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées

 

Dans la même catégorie