Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Non, tous les albums de Noël ne sont pas kitsch

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Non, tous les albums de Noël ne sont pas kitsch © DR

Les fêtes de fin d'année, ce ne sont pas uniquement Tino Rossi ou Mariah Carey nous chantant Noël avec un classicisme ou une démesure assumée. C'est aussi tout un tas d'artistes qui, de James Brown à Sufjan Stevens, semblent prêts à profiter de la période pour réinventer et sublimer notre réveillon.

Dans le monde de la musique, Noël ne rime pas forcément avec bonne nouvelle. On ne parle pas ici des reprises de  Mon Beau Sapin par Roch Voisine, Rod Stewart ou Céline Dion, mais bien de ce jour du 25 décembre 2006 où James Brown nous quittait. Un comble quand on sait que Mr. Dynamite a été de ces artistes qui ont le mieux transgresser les codes de Noël avec Soulful Christmas, sorti en 1968 et porté par des tubes aussi dansants que Christmas Is Coming et la chanson-titre.

 

 

 

Dix ans plus tard, c'est au tour de Jacob Miller et ses Inner Circle de se réapproprier les codes de l'album Noël pour mieux les confronter au reggae, aux traditions jamaïcaines et à un mode de vie roots : “Tout ce que je veux pour Noël : mon herbe quali' que je vais fumer en rouge”, l'entend-t-on ainsi chanté au sein de ce Natty Christmas forcément pas comme les autres.

 

 

Parfois, les albums se veulent plus traditionnels, mais jouissent en contrepartie d'une production ou d'une interprétation prodigieuse : pensons ici à A Christmas Gift for You from Phil Spector (interprété par The Ronettes, The Crystals, Darlene Love), à A very She And Him Christmas où le duo américain formé par l'actrice-chanteuse Zooey Deschanel et le musicien M. Ward revisitent des standards bien connus du répertoire de Noël ou encore à The Beach Boys' Christmas Album, où Brian Wilson et ses compères composent leurs propres hymnes au Père Noël et à sa hôte.

 

 

Mais l'artiste qui est sans doute allé le plus loin est probablement l'Américain Sufjan Stevens qui, après avoir publié Songs For Christmas en 2006, est revenu six ans plus tard avec Silver & Gold : : Songs for Christmas, un coffret de cinq disques et de 58 morceaux – tous dédiés à Noël et tous à la fois parfaitement extravagants et intelligemment mesurés. Mention spéciale à l'ultime Christmas Unicorn qui, en un peu plus de douze minutes, déploie à merveille ses orchestrations féériques, joue la carte de la répétition avant de complétement exploser dans un final où la mélodie initiale côtoie celle de Love Will Tears Us Apart de Joy Division et une chorale d'enfants. Où comment célébrer l'avènement du petit Jésus avec classe, originalité et fantaisie.

 

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées

 

Dans la même catégorie