Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Tamino, tout en grâce

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Tamino, tout en grâce © DR

En quelques morceaux, ce Flamand d'origine égyptienne est devenu la vraie belle surprise de cette première partie d'année. Avec son premier EP éponyme, il s'impose même d'office parmi ces artistes que l'on tient à défendre dans cette rubrique dédiée à la scène locale.

Ces derniers mois, les plus grands médias spécialisés semblent s'être pis de passion pour Tamino : Les Inrocks, France Inter, la RTBF ou encore L'Express et Canal +, tous ont encensé le folk sensible de ce jeune flamand, né en 1996 à Anvers et prénommé ainsi en hommage au prince oriental de La Flûte Enchantée de Mozart. Du côté des festivals et des salles de concerts, même constat : l'année dernière, on l'a vu enflammer Rock Werchter, assurer deux concerts au Pukkelpop, remplir l'Ancienne Belgique et se tailler une réputation scénique suffisamment importante pour être programmé à nouveau au sein de multiples rassemblements musicaux cet été (Les Nuits Secrètes, Ronquières Festival, Pukkelpop, Rock En Seine, etc).

 

 

Il faut dire que, au-delà de sa musique, Tamino-Amir Moharam Fouad réunit tout un tas d'anecdotes aptes à séduire journalistes et grand public : sa mère, belge, chante et joue du piano, son père, égyptien, est un ancien chanteur, son grand-père n'est autre que Moharam Fouad, vedette du cinéma et de la chanson populaire égyptienne dans les années 1960, tandis que Tamino, de son côté, a passé trois années au conservatoire d'Amsterdam. Ce bagage, culturel et social, c'est précisément ce qui lui permet d'être autre chose qu'un simple héritier de Nick Cave ou Jeff Buckley. À l'écoute de ses différents singles, dont le poignant Habibi, on comprend en effet que son répertoire dépasse largement les codes du songwriting américain, qu'il s'ouvre en permanence à des différentes musiques (classiques, arabes ou encore ouest africaines) et qu'il permet à ce doux romantique de mettre en son des mélodies aussi raffinées qu'aériennes, émouvantes que lancinantes. Son premier album est actuellement en préparation et, autant se le dire, il risque d'être l'un des évènements de l'automne.

Rédigé par Maxime Delcourt

Dans la même catégorie