Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Esinam, fille électrique

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Esinam, fille électrique © DR

Autoproclamée « femme-orchestre », Esinam Dogbatse séduit avec un premier EP qui fusionne les genres et les époques, et pullule autant de rythmes afro et latino que d'arrangements jazz. C'est dire si, la jeune Bruxelloise, s'impose illico parmi ces artistes que l'on tient à défendre dans cette rubrique dédiée à la scène locale.

Il suffit d'à peine quelques minutes pour comprendre qu'avec son premier EP éponyme, Esinam invite l'auditeur dans son intimité. On n'y trouve que quatre titres, mais ils semblent tous contenir tout ce qui fait la force et l'ambition de la Bruxelloise, née d'une mère ardennaise et d'un père ghanéen : le mélange des cultures et des époques, cette volonté de confronter des mélodies magnifiées par l'utilisation d'une flûte traversière à un électro-jazz volontiers hybride, qui doit autant à une nouvelle génération de musiciens anglais (Shabaka and the Ancestors, Floating Points) qu'à de grandes figures de la note bleue (Charle Mingus, Eric Dolphy).

 

 

Entre tradition et modernité, Esinam s'est donc forgé son propre univers, un monde afro-futuriste pourrait-on dire, où rien n'est jamais surjoué, parfois juste à peine suggéré par cette multi-instrumentiste qui offre au jazz un merveilleux saut en avant. À l'image d'Electric Lady (peut-être un clin d'œil à The Electric Ladyland de Jimi Hendrix, voire au Electric Lady de Janelle Monáe ?), où la Belge nous plonge dans un tourbillon de musique spirituelle et voluptueuse, d'une ambition folle, et parfaitement incarnée par le clip du morceau, censé « retranscrire l'énergie de cette musique 'électrique' dans une vidéo qui laisse transparaître un monde hors du temps. »

 

 
© JP Daniels - www.concertmonkey.be
 

 

Cette singularité, forcément, séduit : les plus attentifs auront déjà aperçu Esinam aux côtés du musicien touareg Kel Assouf ou sein de différentes formations (Sysmo, Cassandre, etc.). Les autres ont peut-être eu la chance de l'apercevoir en première partie de Mélanie De Biasio, Selah Sue et Témé Tan, voire de l'entendre sur le dernier album de Baloji, pour qui elle a composé Le vide. Si ce n'est pas le cas, rassurez-vous : son premier EP fourmille suffisamment d'idées pour (re)découvrir son univers, en attendant l'album.

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées

 

Dans la même catégorie