Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

L'Or du Commun, rappeurs hors-normes

  • Rédigé par Maxime Delcourt
2 avis
L'Or du Commun, rappeurs hors-normes © L'Or du Commun

Auteur d'un premier album ambitieux (« Sapiens ») après plusieurs mini-projets qui ont fait monter la sauce, les trois rappeurs bruxellois de L'Or du Commun semblent prêts à passer à l'étape supérieure et s'imposent illico parmi ces artistes que l'on tient à défendre dans cette rubrique dédiée à la scène locale.

Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que l'on tombe sous le charme de L'Or du Commun. Dès Les Daltons, un de leurs premiers singles en 2013, ces quatre bruxellois (resserrés aujourd'hui autour de Primero, Loxley et Swing) s'assuraient une place de choix parmi les grands espoirs du rap belge. À l'écoute de Sapiens, entièrement produit par le producteur lyonnais Vax1, impossible pourtant de nier l'évolution de ce trio, désormais prêt à conquérir la francophonie après avoir tracé « toutes les allées d'Ixelles à vélo ».

 

 

Enregistré en septembre en dernier, ce premier album impressionne en effet par son ambition et sa maitrise. C'est fluide, c'est malin, c'est technique et d'une belle inventivité. Il suffit d'entendre l'efficacité mélodique des premiers singles lancés en éclaireur (Homosapiens, Sur ma vie), les ressentis intimes exposés comme autant de fulgurances introspectives, l'énergie apportée par la présence d'Isha et Roméo Elvis (autres figures essentielles à la scène rap belge, dont ils sont proches depuis des années) ou encore la variété des flows et des attitudes pour comprendre que ces douze titres planent au-dessus de la mêlée.

 

« La façon dont on vit au quotidien, avec toutes ces vidéos et ces photos de nous que l'on balance sur les réseaux sociaux, pousse à être de moins en moins pudique, avance Swing. On s'habitue à montrer un peu de notre intimité, à créer un dialogue avec les personnes qui nous suivent sur ces médias. Je pense que ça finit par se répercuter sur la façon dont on conçoit nos morceaux. » Ces morceaux, justement, prennent une forme et une force nouvelles sur scène, les trois rappeurs ayant l'énergie, la fougue, le charisme et les affinités nécessaires pour faire soulever les foules. Ce qui n'est pas la moindre des qualités quand on interprète des paroles aussi censées, sombres, portées par tout un tas de questions existentielles et parfaitement conscientes de l'état du monde actuel.

Rédigé par Maxime Delcourt

Dans la même catégorie