Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Glauque – L'urgence de dire

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
Glauque – L'urgence de dire © Glauque

Depuis Namur, les cinq potes de Glauque mettent son un rap hybride (comprendre : qui n'en est pas vraiment un), qui leur a récemment permis d'effectuer quelques dates en Belgique, mais également d'être en finale du Concours Circuit organisé au Botanique. C'est dire s'ils avaient leur place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

La musique de Glauque n'est pas de celles que l'on écoute d'une oreille distraite, l'air léger, pensant se relâcher tranquillement, bien affalé dans son canapé. Elle nécessite au contraire une attention de tous les instants, quelque chose qui la rend immédiatement captivante. Parce qu'elle mélange des genres a priori opposés - le hip-hop d'un côté (Klub des Loosers, Odezenne, etc.), les musiques électroniques de l'autre (Moderat, Rone). Parce quà chaque seconde, elle semble prendre l'auditeur à la gorge. Et parce qu'elle renferme des textes incisifs, qui donnent l'impression d'avoir été écrits sur l'instant mais qui contiennent tellement de détermination, de puissance et de sincérité qu'ils semblent surtout aptes à changer des vies.

 

 

Pour le moment, la musique de Glauque se résume essentiellement à un seul morceau : Robot, qui vient de dépasser les 30 000 écoutes sur Spotify et d'entrer dans le Top 50 viral en France et en Belgique sur la plateforme de streaming. Preuve que Robot, derrière ses mots nihilistes (« Des fois je retrouve la flamme du démon, mes problèmes d'égo/J'veux plus faire partie du décor, mais j'me transforme en robot ») et sa structure dépourvue de refrain, possède quelque chose d'immédiat, de viscéral même. « Retrouver le sens dans les phrases », rappent même ces cinq gars de Namur en introduction. Un peu comme s'il s'agissait pour eux de renouer avec l'humain, de ne plus être cette machine qui clique aléatoirement sur son ordinateur, qui a des relations sexuelles sans émotion ou qui avance dans la vie comme un homme sous psychotropes, « programmé jusqu'au prochain checkpoint ».

La musique de Glauque, elle, est libératrice, et ça fait un bien fou !

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées

 

Dans la même catégorie