Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Condore – Touche de grâce

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
Condore – Touche de grâce © DR

Échappée de Dan San, la claviériste Léticia Collet fait dans la dentelle pop avec un premier EP (Jaws) à entendre comme une collection de ballades à la pureté désarmante. C'est dire si ce projet en solitaire avait toute sa place dans cette rubrique dédiée à la nouvelle scène locale.

Longtemps, Léticia Collet s'est contentée d'être la claviériste douée de Dan San, formation liégeoise spécialisée dans l'artisanat folk. Il semblerait pourtant que l'artiste belge, née au Chili et installée à Liège depuis ses études en communication, avait d'autres envies. Plus solitaires. Plus intimes. Plus sensibles et délicates : « J'ai toujours voulu tenter l'aventure en solitaire, confie-t-elle au magazine Larsen. Par manque de confiance, j'ai souvent reporté l'échéance. Mais à présent, je me sens légitime dans ce métier. Si Condore apparaît seulement maintenant, c'est aussi parce que j'ai mis du temps à m'habituer à ma propre identité artistique. Quand j'ai commencé à composer, j'ai d'abord été surprise par ce que je créais. Je n'imaginais pas m'exprimer dans ce registre. »

 

 

Ce registre, c'est celui d'une pop chaleureuse, douce, parfois mélancolique et sombre mais toujours portée par des notes de piano harmonieuses, héritées par instant de la musique classique. La ressemblance avec Agnès Obel et Chris Garneau (dont elle reprend le très beau Love Zombies) paraît ainsi évidente, mais l'univers de Condore est suffisamment singulier pour ne pas l'enfermer dans un héritage un peu trop lourd à porter.

Jaws, son premier EP, délicatement produit par Yann Arnaud (Emilie Simon, Syd Matters, O, etc.), a beau être nommé ainsi en références au classique de Steven Spielberg, aucun excès de violence ou de panique n'est à déceler ici. Lootus, premier extrait d'une élégance rare, en atteste avec éclat : tout chez Condore, de sa voix douce à ses arpèges apaisés, trahit son goût pour une pop à la fois sophistiquée et minimaliste, pour des ambiances à la fois atmosphériques et cinématographiques (l'univers de Danny Elfman n'est jamais loin), et pour ces chansons que l'on aurait envie d'écouter toute la nuit, perdu au fin fond d'une forêt, simplement éclairé par la lueur d'une bougie.

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées