Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

L'histoire folle des tubes de l'été : « La Lambada » de Kaoma

  • Rédigé par Maxime Delcourt
1 avis
Sharing on Facebook
L'histoire folle des tubes de l'été : « La Lambada » de Kaoma © DR

En cet été 2019, Eventail.be revisite les classiques de la musique populaire, ces hymnes connus de tous, qui ont marqué plusieurs générations d'auditeurs et accompagné de nombreuses soirées autour d'un feu. Avec cette question en tête : quelle histoire se cache derrière ces tubes estivaux ?

C'était en juin 1989. On n'en est alors qu'à l'aube de l'été, mais déjà un tube imparable promet d'accompagner la montée des températures : La Lambada, un single universel (écoulé à plus d'un million 700 000 exemplaires en France et 15 millions dans le monde), une mélodie promue « danse de la liberté » par les russes en 1996, un clip (diffusé en masse sur les chaînes nationales) sponsorisé par Orangina et un rythme jouissif, porté par un accordéon entrainant et une chorégraphie sensuelle, apte à inciter les auditeurs aux rapprochements sur la piste de danse et aux siestes crapuleuses.

 

 

Si elle est portée à l'écran par deux gamins d'à peine dix ans, La Lambada est avant tout interprétée par Kaoma, formation hautement métissée car composée d'Antillais, d'un Toulousain, d'un Sénégalais et de la chanteuse brésilienne Loalwa Braz. C'est d'ailleurs au Brésil que les producteurs de la chanson, les français Olivier Lorsac et Jean Karakos (connu pour avoir publié au croisement des années 1960 et 1970 les albums des jazzmen les plus avant-gardistes d'Amérique et de France via BYG Records), entendent pour la première fois La Lambada.

 

Le groupe Kaoma © DR 

 

Le titre s'appelle alors Llorande se fue, et il est l'œuvre des Boliviens Los Kjarkas. Sans gêne, les producteurs décident tout de même de s'accaparer le morceau sans l'autorisation de ces derniers, remplacent quelques éléments - hop, un accordéon à la place de la flûte de pan, hop un texte en portugais plutôt qu'en Espagnol -, et mettent au point ce tube désormais connu de tous.

 

 

Sauf que, forcément, les membres de Los Kjarkas finissent par entendre cette nouvelle version, et donc par récupérer quelques années plus tard des millions de francs en droits d'auteurs. La boucle est bouclée.

Rédigé par Maxime Delcourt

Actualités liées