Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 778
A+ A A-

Kermezzo(o), une nouvelle expérience du rire | Concours

  • Rédigé par
1 avis
A la mi-avril, le parc du Cinquantenaire s'animera des éclats de rire de Kermezzo(o) A la mi-avril, le parc du Cinquantenaire s'animera des éclats de rire de Kermezzo(o) © Felix-Emanuel Catana

Kermezzo(o) n’est pas un festival humoristique comme les autres. C’est, en fait, le premier du genre : un évènement culturel complet, et une réflexion globale sur l’humour. Le tout installé pendant trois semaines au coeur du parc du Cinquantenaire. L’objectif des organisateurs ? Affirmer l’humour comme un prisme pour observer la vie.     

Que faire de l’humour dans notre société ? La question est plus embarrassante qu’il n’y parait. D’un côté, des shows télévisés à succès comme le "Jamel Comedy Club" ou "On ne demande qu’à en rire" portés par Jamel Debbouze et Laurent Ruquier, ont amené une nouvelle génération de jeunes humoristes. D’un autre côté, l’intolérance, la censure (et pire, l’autocensure), fleurissent partout dans les sketchs et les spectacles. Et pour finir, d’un troisième côté, les festivals humoristiques se multiplient partout dans le monde, sur le même modèle, sans parvenir vraiment à se renouveler.  

Du neuf …

C’est justement pour proposer quelque chose de neuf que Gilbert Rozon, Scott Maidment et Gilles Morin ont rassemblé leurs forces vives. Le premier est le fondateur du festival Juste pour rire qui draine aujourd’hui plus de deux millions de spectateur à Montreal. Scott Maidment est l’instigateur du Garden of unhearthly delights, évènement culturel majeur qui rassemble chaque année huit-cent mille visiteurs dans un parc d’Adélaïde, en Australie. Gilles Morin, lui, est Belge. C’est le fondateur de Kings of Comedy et le directeur pour l’Europe de Juste Pour Rire. Ce trio forme un cocktail explosif dans le monde du divertissement.

 

La troupe au complet de Limbo, un succès intérenational... © David Solm

 

 

« A trois, nous avons pris conscience de l’importance de la valeur experientielle d’un évènement. Il faut proposer à nos visiteurs quelques choses d’important, de global. Aujourd’hui, les spectateurs sont tellement pris, stimulés par tant de choses, qu’il faut retrouver ce qui faisait la valeur d’un grand évènement culturel : rapprocher les gens, stimuler les sens et soigner l’accueil … » résume Gilles Morin.

Le producteur belge poursuit : « L’accouchement de Kermezzo(o), c’est le résultat d’une réflexion globale autour de l’humour. C’est une forme de résilience. L’humour c’est la partie la plus désintéressée de l’intelligence, c’est un angle pour regarder le monde. Il peut être partout, dans une intensité différente, dans des genres différents, avec une technicité différente. Et quand on peut faire naitre un rire un peu plus profond que celui du premier degré, alors l’humour devient  un acte de poésie ».

 

… en neuf disciplines …

Et de poésie, il sera bien question, puisque neuf types d’art de la scène seront représentés, parmi lesquels: le stand-up, le cabaret, le cirque, la magie, la musique, la danse ou encore l’impro’. 

En fait, il n’en manque qu’un: le dessin de presse. Une absence interpellante tant cette discipline fut au coeur des débats ces derniers mois. Gilles Morin s’en justifie : « C’est prévu pour l’année prochaine. On n’a pas eu le temps cette année. Je voulais que les auteurs soient présents, je voulais que des Congolais puissent participer, que des Tunisiens soient représentés … et pas toujours le même top-five, ou la même intervention de Philippe Geluck … Je ne voulais pas seulement faire une expo, mais organiser des débats, des rencontres … ça demande du temps à préparer, mais on va le faire ».

 

… sous deux chapiteaux !

Au-delà des beaux discours d’intention, Kermezzo(o), ça fonctionne comment ? Le festival débutera son tour du monde à Bruxelles, en installant ses deux chapiteaux (respectivement 350 et 600 places) autour de la fontaine du parc du Cinquantenaire, du 11 avril au 2 mai prochain. L’accès au parc sera libre et celui-ci accueillera buvettes, restaurants, animations … tout pour créer une véritable ambiance et expérience de kermesse.  Quant à la programmation, elle sera forcément éclectique, c’est la force de Kermezzo(o). 

 

La tête d’affiche est réservée au spectacle Limbo: sorte de cabaret moderne complètement revisité et de très, très haut niveau. Il arrive en Belgique après six mois à guichet fermé à Londres. C’est le show préféré de Madonna. Rien que ça. Gui-Home et James Deano du coté belge, et Arthus et Arnaud Cosson (tous les deux vu chez Ruquier sur France 2) du coté français, représenteront la jeune génération. Oldelaf, l’auteur et interprète du tube La Tristitude, s’installe à intersection parfaite entre musique et humour.

 

James Deano sera de la partie... © Mathieu Buyse

 

Connu dans le monde entier, mais peu prophète en leur pays (le nôtre !), le duo de clowns Okidok ressuscite, de leur côté, la poésie brute des grandes années du music-hall. Des lectures sont même prévues, et pas n’importe lesquelles. André Dussolier lira des textes issus de sa bibliothèque: Michaux, Jarry, Allais, Vialatte, Ribes … Quant à Marie Gillain, elle réserve une surprise à Kermezzo(o) mais promet un texte … déglingué !

Pour résumer : si l’humour est un angle pour observer le monde, Kermezzo(o) nous promet un très beau voyage.

 

GAGNEZ 5x2 places pour LIMBO le 14 avril en envoyant vos coordonnées complètes à concours@eventail.be (jusqu'à dimanche minuit)! Premiers arrivés, premiers servis...

 

Kermezzo(o)
Du 11 avril au 2 mai
Parc du Cinquantenaire
Bruxelles
www.kermezzoo.be

 

 
Rédigé par

Media

Actualités liées

 

Dans la même catégorie