Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"Je connais le décorateur Tino Zervudachi depuis plus de vingt ans. Je le croise quelquefois à New York, où l'appellent ses chantiers que je découvre ensuite dans la presse.

"C'est un point de chute idéal, à deux pas de la librairie Galignani, où je vais toujours faire un tour. C'est aussi facile pour retrouver des amis, qu'ils soient Rive gauche ou Rive droite.

"Nous sommes amis depuis de nombreuses années. Quand j'ai perdu Balthus, Christian m'a invitée avec Harumi à passer la fin de l'année avec lui à Louxor, pour me changer les idées.

"L'École van Cleef and Arpels, rebaptisée École des Arts joailliers, propose des cours de gemmologie, mais organise aussi des expositions. Ma fille Harumi y a exposé sesbijoux et ses sculptures en 2017.

"En dehors du fait que Benoît Astier de Villatte et Ivan Pericoli sont des personnes extrêmement attentionnées et raffinées, je suis touchée par leur conception de la beauté.

"Cette maison a une histoire vieille de près de cinq siècles. Son commerce de la pâtisserie débute au milieu du XVIe siècle. En 1980, elle a ouvert un salon de thé à Paris, où je vais souvent déjeuner. La décoration a étéfaite par mon ami l'architecte Tsuyoshi Tane.

"Dans sa charmante boutique-atelier de la rue de la Sourdière, Edwina de Charrette réalise des sacs sur mesure et des étuis en cuir naturel pour mes feutres. J'ai toujours eu un attachement pour cette petite rue.

"J'ai beaucoup fréquenté ce musée car Gérald était au conseil d'administration quand Hélène David-Weill en était la présidente. Les expositions sont toujours d'une très grande qualité.

"Dans un tout autre genre, plus traditionnel, ce restaurant me met en joie. C'est un ancien bistrot des Halles qui date de 1880, autant dire que le cadre a du charme, sans parler de la patronne très attentionnée et du serveur Dominique toujours en verve.