A+ A A-

Le gotha, façon Guillaume Pelloux

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
2 avis
Le gotha, façon Guillaume Pelloux © Guillaume Pelloux

Ludique et inventif, le collage devient un art quand il est pratiqué avec une telle inclination. Et de fait, Guillaume Pelloux a intégré la sphère discrète des artistes collagistes depuis longtemps, maniant avec une rare adresse cutters et ciseaux pour ressusciter des mondes figés, insuffler une vie nouvelle aux portraits et aux natures mortes de nos livres d'histoire.

Passionné par le gotha, c'est tout naturellement qu'il s'est tourné vers quelques personnages emblématiques des annales royales, revisitant les attributs de leur rang avec respect et humour. Et les princesses et impératrices choisies de réapparaître embijoutées, recoiffées, habillées de pied en cap, posant seules, en majesté, ou auréolées de myriades d'objets !

 

 
© Guillaume Pelloux

 

Et la Belgique ne fait pas exception puisque le comte de Flandres, l'impératrice Charlotte et la reine Astrid font désormais partie de ce panthéon iconique, au même titre que l'impératrice Ci-Xi, figure hiératique dont les kimonos fleurissent soudain grâce au Sieur Pelloux. La princesse Marina de Kent, symbole du chic intemporel, l'ineffable comtesse de Paris, tellement regrettée, la reine Elizabeth II traversant son règne ou l'impératrice Farah, infiniment élégante. Mais le parcours de Guillaume ne se résume point aux têtes couronnées puisque l'architecture a aussi ses faveurs. Il s'est d'ailleurs essayé à l'art du découpage en destructurant des voûtes gothiques, en recréant des villes imaginaires où les monuments d'anthologie se juxtaposent à en donner le tournis.

 

 
© Guillaume Pelloux

 

Renouant avec cabinets de curiosité, il a aussi travaillé le volume en concevant des caissons où des perspectives d'intérieurs ornementés nous replongent dans les châteaux louisquatorziens. Dans ses faces cachées, des paysages dissimulent les regards féminins, suggérant des échappées, des rêves à accomplir. Plus récemment, ses anatomies de la nature révèlent une imagination plus débridées encore, quand des gravures d'expéditions passées se colorent d'éléments du corps humains.

 

 
 © Guillaume Pelloux

 

Et alors que des colonnes vertébrales deviennent les troncs de palmiers ondulants, des nez et des oreilles espionnent les aventuriers sillonnant des massifs montagneux...un imaginaire que se plait à explorer Guillaume Pelloux qui confie : "J'ai toujours été fasciné par les images, par ce qu'elles véhiculent de symboles, messages et d'histoire. Grand collecteur de photos et de livres anciens en tous genres, j'extraie toute cette matière première et grâce au collage, je détourne ces images sorties de leur contexte, et crée de nouvelles histoires, je revisite le passé en le connectant au présent. J'invente une réalité détournée avec mes propres émotions".

Rédigé par Christophe Vachaudez

Dans la même catégorie