Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Maurice Wyckaert : La virtuosité du geste

  • Rédigé par Communiqué
1 avis
Le Rouge,en croix, 1973, olio su tela, cm 100x120 Le Rouge,en croix, 1973, olio su tela, cm 100x120 © DR

Artiste majeur de la seconde moitié du 20e siècle, Maurice Wyckaert débute sa formation artistique à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles en plein conflit mondial. Dès la fin de la guerre l'avocat René Lust et le critique d'art Robert Delevoy fondent la «Jeune Peinture Belge», dissout dès 1948 tandis que se forme le célèbre groupe : Cobra.

Bien qu'éloigné des codes de Cobra, Wyckaert, proche de son éminent membre Asger Jorn, en admirera les couleurs ainsi que la manière brute et authentique dans le traitement des oeuvres.

A cette même époque, Maurice Wyckaert dénoncera la politique artistique du Palais des Beaux-Arts, favorisant une abstraction géométrique rigide et codifiée.

Homme de la terre et du concret, Wyckaert se dirige ainsi irrémédiablement vers une peinture immatérielle. Son admiration pour les maîtres anciens tels que Rembrandt ou Turner se ressource dans cet art « nordique » qu'il revisite et modernise.
Son univers pictural jaillit et se développe dans l'essence d'un paysage qu'il sculpte, déstructure, dématérialise, jusqu'à lui donner un sens nouveau.

Chez Wyckaert, contrairement à un Pollock, le combat que mène l'artiste avec la peinture n'est pas dramatique. Pollock en projetant la matière, exorcise la toile, s'en détache, Wyckaert par contre, ressent le besoin d'un contact intense, charnel avec celle-ci. Plus proche des expressionnistes abstraits comme Mortier ou Van Anderlecht, il refuse de réduire sa palette à de vastes compositions monochrome. Ses oeuvres sont vibrantes, riches en pâte, le ciel semble encore se confondre avec la terre, dans une tumultueuse fulgurance chromatique.
Une oeuvre à redécouvrir avant la remarquable exposition rétrospective qui lui sera consacrée par le Musée des beaux-Arts de Belgique à Partir de ce mois de décembre 2018.

 
Galerie Harold t'Kint de Roodenbeke
31 rue Ernest Allard (Sablon - Parking Poelaert)
eMail : [email protected]

Informations supplémentaires

  • Du: mardi, 20 novembre 2018
  • Au: samedi, 22 décembre 2018
  • Location: Bruxelles
Rédigé par Communiqué

Dans la même catégorie