Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Décès du grand-duc Jean de Luxembourg

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Décès du grand-duc Jean de Luxembourg © DR

L'émotion est grande au Grand-Duché à l'annonce de la disparition du père du grand-duc Henri. Jean de Luxembourg, qui avait célébré ses 98 ans en janvier, avait conservé une popularité intacte auprès de ses compatriotes. Il s'est éteint paisiblement de complications pulmonaires, entouré des siens. Plus tôt cette année, il avait tenu à assister aux funérailles de sa soeur la princesse Alix, à Beloeil, l'une de ses dernières activités en public.

Né le 5 janvier 1921, ce fils aîné de la grande-duchesse Charlotte et du prince Félix de Bourbon-Parme eut le pape Benoît XV comme parrain. Le couple grand-ducal agrandit la famille de cinq autres enfants : Elisabeth, née en 1922, qui devint duchesse de Hohenberg, Marie-Adélaïde, en 1924, plus tard comtesse Henckel von Donnermarck, Marie-Gabrielle, en 1925, comtesse de Holstein-Ledreborg, dernière survivante des enfants grand-ducaux, Charles, en 1927, et Alix, en 1929, princesse de Ligne.

 

© DR

 

Le prince qui fréquenta l'école luxembourgeoise, fut ensuite inscrit au Ampleforth College, dans le Yorkshire, début d'une relation étroite avec la Grande-Bretagne. Les années de guerre l'obligèrent à suivre sa famille en exil, d'abord, à Brookville, près de New York, puis à Québec où il intégra l'Université de Laval. En 1942, il s'enrôle dans les Irish Guards et, après une formation au célèbre Collège royal militaire de Sandhurst, il participe au débarquement de Normandie, prenant part à la bataille de Caen puis à la libération de Bruxelles. Colonel de régiment des Irish Guards, il fut associé à plusieurs reprises au Trooping the Colour, aux côtés de la reine Elizabeth II, qui a toujours beaucoup apprécié 'Johnny Luxemburg', pour son humour et sa jovialité. Le retour au Grand-Duché fut triomphal et, aux côtés de sa mère, il s'attacha à la reconstruction du pays.

 

© DR

 

Le 9 avril 1953, il épousa à Luxembourg la princesse Joséphine-Charlotte de Belgique, filleule de sa mère et fille du roi Léopold III et de la reine Astrid. Considéré à l'époque comme un mariage forcé, l'union fut pourtant heureuse et consacrée par la naissance de cinq enfants : Marie-Astrid, née en 1964, Henri, en 1955, les jumeaux Jean et Margaretha, en 1957, et Guillaume, en 1963. Les princes héritiers vivaient alors à Betzdorf. Le 12 novembre 1964, la Grande-Duchesse de Luxembourg abdiqua en faveur de son fils Jean qui monta sur le trône et régna jusqu'au 7 octobre 2000 date de sa propre abdication en faveur de son fils aîné Henri, l'actuel souverain luxembourgeois.

 

© DR

 

Son règne fut marqué par la prospérité d'un pays qui s'est affirmé comme une place bancaire d'importance internationale mais aussi comme un fief industriel significatif, entretenant des liens économiques privilégiés avec ses voisins belges, français et allemands. Avec les Pays-Bas et la Belgique, le Luxembourg fut à l'origine du Benelux, précurseur de l'Union européenne dont le Grand-Duché fut l'un des pays fondateurs.

 

© DR

 

Jean et Joséphine-Charlotte entretenaient des rapports complices et très suivis avec toutes les monarchies d'Europe, la Grande-Duchesse étant apparentée aux familles royales de Suède, Norvège, de Danemark et de Belgique. En outre, la famille de Nassau, au Luxembourg depuis 1890, cousine avec les Orange-Nassau des Pays-Bas.

 

© DR

 

Depuis son enfance où il fut un scout enthousiasme, Jean apprécie le contact direct avec la nature. Parmi ses activités sportives et ses loisirs, on retiendra l'équitation, l'escrime, le ski, la pêche ou la chasse. Très longtemps, la famille a d'ailleurs conservé un relais de chasse en Bavière. Après son abdication, le Grand-Duc et son épouse se sont retirés au château de Fischbach, au nord de la capitale, demeurant très proches de leurs 21 petits-enfants. La Grande-Duchesse mourut en 2005 et le grand-duc Jean poursuivit le cours de ses activités dans la discrétion, entouré de l'affection de sa famille.

 

© DR

 

Chaque été, il passait l'été au hameau de Cabasson, à Bormes-les-Mimosas dans le Var. En 2017, il avait déjà connu des problèmes respiratoires mais avais pu les surmonter. Plus affaibli, le Grand-Duc, le souverain le plus âgé encore en vie, n'a pu résister cette fois à la maladie et s'en est allé, au lendemain du Lundi de Pâque.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées