A+ A A-

Et si l'on faisait de la désobéissance civile le leitmotiv de cette année 2018 ? C'est en tout cas ce que propose le Mima avec sa nouvelle exposition inaugurée tout récemment.

Depuis le 22 octobre, la ville d'Ostende revisite le thème du naufrage à travers son événement Het vlot / Le radeau, dans le cadre d'un programme international et triennal centré sur l'art contemporain (la précédente édition, intitulée La mer avait proposé un ambitieux hommage à Jan Hoet en 2015).

À Venise l'an dernier, le pavillon belge dans les Giardini était un havre de quiétude pour tous les visiteurs de la Biennale 2017.

Que serait l'art d'aujourd'hui sans les collectionneurs ? La question, maintes fois posée à l'occasion des foires d'art et d'antiquités, mérite également d'être abordée dans le cadre d'une exposition.

On pense immédiatement à ses portraits extravagants de stars et de personnalités people, aux couleurs flashy, aux poses osées, témoignant d'une sexualité débridée.

Avec le concours des galeries bruxelloises Rodolphe Janssen et Nathalie Obadia, l'artiste belge Thomas Lerooy (né en 1981) s'approprie une grande part du Musée Dhondt-Dhaenens de Deurle, dans la périphérie gantoise.