Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

"C'est la maison mère ! Je n'y allais pas vraiment quand j'étais plus jeune mais, maintenant, je trouve la programmation formidable. De grands metteurs en scène s'y succèdent, tout comme des comédiens merveilleux : Denis Podalydès, Pierre Niney, Guillaume Gallienne...

Galerie du Passage
"Pierre Passebon a l'art des mélanges. J'aime son goût éclectique, qui va des œuvres de Christian Bérard aux planches de bandes dessinées, en passant par des photos de Marlene Dietrich ou des meubles de designers des années 1980, comme le montrait sa dernière exposition.

L'image et la stature de l'artiste à travers l'histoire sont l'objet de deux expositions concomitantes, à Lille et à Paris. De l'anonymat à l'idolâtrie, de la bohème aux folles enchères du star system, des corporations médiévales aux ateliers post-modernes, des légendes antiques aux parodies les plus actuelles, nous est contée "la légende dorée" des artistes.

Alors que, du château du Rivau au domaine de Chaumont, l'on continue de célébrer en beauté le cinq-centenaire de la mort de Léonard de Vinci sur les bords de la Loire, le Louvre donne à voir, dans une rétrospective très attendue, la "science de la peinture" du maître du Cinquecento qui voulait donner vie à ses tableaux.

"Le nom est mythique et le créateur, Julien Dossena, essaie de le faire revivre avec une belle énergie et un vrai style.

"Il est adorable, drôle, humble, je l'adore, c'est mon deuxième mari ! Et surtout, il a un talent fou.

Cadrages serrés, corps et perspectives tronqués, trait incisif et couleurs acides, silhouettes en suspens sur des fonds vides... Par-delà le folklore du Montmartre 1900 et les images d'Épinal des danseuses du Moulin Rouge, la modernité de l'œuvre de Toulouse-Lautrec est toujours à redécouvrir.

"Je connais le décorateur Tino Zervudachi depuis plus de vingt ans. Je le croise quelquefois à New York, où l'appellent ses chantiers que je découvre ensuite dans la presse.

"C'est un point de chute idéal, à deux pas de la librairie Galignani, où je vais toujours faire un tour. C'est aussi facile pour retrouver des amis, qu'ils soient Rive gauche ou Rive droite.

"Nous sommes amis depuis de nombreuses années. Quand j'ai perdu Balthus, Christian m'a invitée avec Harumi à passer la fin de l'année avec lui à Louxor, pour me changer les idées.

Page 1 sur 2