Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Méribel : bienvenue à la Chaudanne

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Méribel : bienvenue à la Chaudanne © DR

À Méribel, tout le monde connaît la Chaudanne, un lieu-dit certes, mais aussi un établissement qui, de modeste auberge est devenu un hôtel de montagne arborant fièrement ses quatre étoiles. Stéphane Zabotti, directeur général de La Chaudanne, et du Kaila, son petit frère voisin cinq étoiles, revient sur cette incroyable ascension.

Eventail.be - Comment est né cet établissement aujourd'hui connu de tous ?

Stéphane Zabotti - La première génération de la famille qui possède toujours les lieux avait acheté un petit terrain vers 1962-63 pour y construire une auberge avec quatre ou cinq chambres à l'étage et dix tables au rez-de-chaussée. De dimensions modestes, il correspondait à notre bar actuel. Le fils des fondateurs reprendra l'hôtel à l'époque bénie de l'essor des sports d'hiver. Il agrandit en 1989 puis encore en 1992 pour les jeux olympiques pour arriver aux 64 chambres dont nous disposons aujourd'hui. La dernière phase d'aménagement est assez récente car les propriétaires a décidé de faire raser le chalet familial qui jouxtait la Chaudanne pour faire édifier un hôtel 5 étoiles baptisé le Kaila.

 

 
© DR 

 

Paradoxalement, l'endroit connu sous le nom de Chaudanne qui, en savoyard, signifie source chaude, n'était pas très prisé car trop humide, voire marécageux, à cause des débordements de la rivière Doron. Aussi, voici cinquante ans, les prix des terrains y étaient très bon marché. Aujourd'hui, tout a changé. La Chaudanne constitue l'un des meilleurs emplacements, au pied de toutes les remontées mécaniques et de la piste olympique. D'ici, on peut assister aux compétitions aux premières loges.

 

- Aujourd'hui, la Chaudanne est-il avant tout un hôtel de luxe ou de famille ?

- Notre établissement est une maison familiale pour les familles qui se sont fidélisées de génération en génération. Elles réservent au départ pour l'année suivante. nous accueillons essentiellement des vacanciers et la détente est donc au rendez-vous dans une ambiance chaleureuse et moderne. Nous disposons aussi d'un restaurant de type brasserie, le 80, avec une carte établie par Laurent Azoulay, le chef étoilé de l'hôtel voisin qui fait partie de la même maison.

 

Stéphane Zabotti © DR 

 

Nous avons pu constater la venue de beaucoup de clients qui ne sont pas pensionnaires chez nous, ce qui est bon signe. Le spa, réservé aux clients de l'hôtel, connait un succès grandissant

 

- Quelles sont selon vous les atouts de Méribel ?

- Méribel a su conserver une grande discrétion et les personnalités qui y séjournent n'ont aucune peine à garder leur anonymat alors que si elles vont skier vers Courchevel, elles sont très vite démasquées. Elles apprécient beaucoup ce calme. Si notre station est considérée à juste raison comme une station de standing, elle est demeurée familale et sportive, c'est à dire que les gens se lèvent tôt et viennent vraiment pour skier et non pour paresseux au buffet du petit déjeuner.

 

 
© DR 

 

Á l'heure actuelle, nous maintenons nos chiffres avec une fréquentation de 45 à 50% de français suivis par 25 à 30 % de britanniques, des clients du Nord de l'Europe, Belgique, Pays-Bas, voire Suède et Norvège, des Russes, surtout début janvier, puis une clientèle d'Afrique du Sud, d'Inde ou d'Amérique du Sud.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Dans la même catégorie