A+ A A-

On mangera des pizzas, toi, la télé et moi!

  • Rédigé par Elodie Wery
0 avis
On mangera des pizzas, toi, la télé et moi! © www.creatonit.be

Un champ de bataille. Ma maison ressemble à un champ de bataille. Deux petites semaines de congé et voilà tous mes efforts réduits à néant. J'avais pour habitude de formuler de grande phrase comme: «Cette année, pendant les vacances de Pâques, j'en profite pour vider le garage!».

Un mari qui rouspète, la visite de mes beaux-parents, des chamailleries à gérer et la moitié du garage qui se retrouve dans mon salon discrètement déménagé par six petites mains maléfiques... Voilà tout ce que j'obtenais en m'obstinant à ranger pendant les congés.

Je contourne le problème et prolonge égoïstement mes vacances par deux journées de récup', précieusement gardées pour les cas extrêmes. Et oui, l'état de ma maison est bien un cas extrême! Me voilà donc, seule, chez moi, les enfants sont à l'école, mon mari au travail. Le calme, la solitude et un capharnaüm à perte de vue. Je combats mon envie de me replonger sous la couette encore chaude de ce matin. Je combats mon envie de rester en pyjama devant une bonne série télé. Je combats mon envie de prendre la voiture direction le centre commercial. Je combats tout cela par une touche positive: un bon petit déjeuner. Je fixe ensuite les priorités pour aujourd'hui: la salle de jeux, la cuisine et les lessives. Demain est un autre jour.

Je fais le tour de la maison avec une manne et ramasse tout ce qui traîne et qui peut passer à la machine. Je trie cette montagne de linge sans chipoter sur les couleurs et la température de l'eau. Aujourd'hui, je n'ai pas le temps de perdre mon temps. Je lance la première machine et me dirige vers la salle de jeux.

La technique de la manne ayant bien fonctionné (c'est fou comme on peut gagner du temps en limitant les trajets d'une pièce à l'autre), je décide de refaire un tour de manège en ramassant cette fois tout ce qui est assimilé à un jouet... Le tout rassemblé, il ne me reste qu'à jeter ce qui est cassé ou inutile, à donner ce qui ne sert plus et à ranger ce qui doit être gardé. La machine a fini de tourner, je lance la seconde.

Reste alors l'antre de mes petits gourmands à récurer. Je déblaye, vide le lave-vaisselle, trie mon frigo, vérifie les réserves et tombe évidemment sur le service hérité de ma grand-mère... Il est grand temps de retirer de mes armoires tout ce qui est dépareillé et ne me sert jamais. Mais ce sera pour demain. A chaque jour suffit sa peine.

 

      On s'en fout, on n'y va pas, 
on n'a qu'à se cacher sous les draps, 
on commandera des pizzas.
Toi la télé et moi...

 

Ce refrain m'obsède, il tourne en boucle dans ma tête et me fait prendre conscience que je brûle d'envie de terminer ma journée, comme je l'ai commencée, sur une note positive. Je me surprends à avoir envie de rester chez moi. Interpellant quand on sait que je saisis toute occasion pour m'éloigner de mon désordre !

Voilà ce que je vais lui souffler à l'oreille quand il rentrera ce soir:

 

On appelle, on s'excuse, 
on improvise, on trouve quelque chose, 
on n'a qu'à dire à tes amis 
qu'on les aime pas et puis tant pis.

 

Je redécouvre enfin le bonheur d'être juste chez moi!

 

Rédigé par Elodie Wery

Media

Actualités liées

 

Dans la même catégorie