A+ A A-

Moi aussi j'ai une fée chez moi - Home Organising

  • Rédigé par Elodie Wery
0 avis
Moi aussi j'ai une fée chez moi - Home Organising © www.creatonit.be

On est dimanche. Il est 9h du matin et c'est la fête des mamans. Trois petits cadeaux, emballés avec amour, sont posés sur la table et trois petits bouts surexcités n'attendent qu'une chose : me réciter ces quelques phrases que leur institutrice - que j'admire toujours autant- leur a patiemment fait répéter.

La petite larme a bien coulée. De gros bisous ont été échangés. Des « Je t'aime » lancés à la pelle. Et puis tous s'en sont allés, vaquer à leurs occupations. Je suis assise seule, devant des tasses de chocolat chaud à moitié vides, des assiettes pleines de croûtes de pain et une table remplie de granulés au chocolat. Je n'ose pas baisser les yeux et regarder l'état du sol. Ces maudits granulés, on a beau mettre du beurre sur la tartine, la moitié fini irrémédiablement à côté !

La dernière phrase du poème de mon cadet tourne en boucle dans ma tête : « Des milliers de fleurs dans le jardin mais seulement, seulement UNE maman ». Touchant, mignon. Mais c'est bien là le problème. Seulement UNE maman pour ranger la table. Seulement UNE maman pour plier le linge. Seulement UNE maman pour conduire aux activités. Seulement UNE maman pour faire les courses, donner les bains, faire les devoirs,... Comment faire pour arriver au bout toute seule de cette montagne de tâches quotidiennes ? Et quand bien même j'arrive au bout, comment supporter de refaire inlassablement les mêmes gestes tous les jours, de tous les mois, de toutes les années?
Oui bien sûr, les enfants grandissent, les tâches quotidiennes évoluent en même temps qu'eux mais une vaisselle reste une vaisselle. Une manne de linge repassé doit toujours se ranger. Un coffre plein de courses doit quand-même se vider.

On est dimanche. C'est la fête des mamans. Et pourtant la maison doit continuer de tourner et le rouage de tout ce petit monde, c'est moi. Je peux toujours limiter les corvées exceptionnellement, je peux toujours reporter les moins urgentes mais je ne peux pas m'y soustraire complètement sans quoi j'en paierai le prix toute la semaine. Ranger c'est une chose, entretenir c'en est une autre. Et pourtant, les deux sont indissociables.

Je sens encore l'effluve de mes touts-petits si fiers de me déclamer leur poème. Je respire un grand coup et décide de tenter l'exercice des routines quotidiennes – rien que le mot me rebute - enseignées par Fly Lady.

Je l'ai trouvée sur un toit, dans sa traîne brûlante. C'était un matin ça sentait le café, tout était recouvert de givre. Elle s'était cachée sous un livre et la lune finissait ivre.

Je décide de prendre la maison par un bout, le salon, et de terminer à l'autre, la salle de jeux. Je remets les coussins, je range les magazines, je ramasse les vêtements et jouets qui traînent et les rassemble dans la manne. Je me force à ne pas faire des allers et venues et me concentre seulement sur le salon. Puis je passe à la salle à manger, ma manne se remplit dangereusement à mesure que j'avance, je ramène la vaisselle à la cuisine, je mets toutes les miettes par terre et passe un coup d'éponge sur la table. En sortant, je glisse les chaises en hauteur sur la table et emporte avec moi la manne déjà bien trop remplie. Arrivée, dans la cuisine, il me reste à vider puis remplir le lave-vaisselle et à frotter le plan de travail. Je termine dans la salle de jeux des enfants, y range les jouets ramassés tout au long de mon parcours et lance une machine dans la buanderie attenante. Je lance le robot aspirateur et monte à l'étage refaire les lits, aérer les pièces, rincer la baignoire, ramasser les essuies et vêtements sales (il y en a décidément partout) et en profite pour m'habiller.

Moi aussi j'ai une fée chez moi et lorsqu'elle prend son déjeuner, elle fait un bruit avec ses ailes grillées et je sais bien qu'elle est déréglée mais je préfère l'embrasser ou la tenir entre mes doigts...

20 minutes et le tour est joué. Personne ne s'est même rendu compte que tout était rangé. Je glisse un mot doux à l'oreille de ma pimprenelle, un bisous sur le front de mon câlinou et une caresse dans les cheveux de mon tendrichon puis annonce avec une voix claire et assurée : Si on allait pique-niquer dans les bois ce midi?

 

Rédigé par Elodie Wery

Media

1 Commentaire

  • de Schaetzen

    Et le Papa....les enfants...ils peuvent ranger eux aussi....;-) non? Chez moi, tous le monde doit aider...sans eux, je n y'arriverais pas et puis, c est tout le monde qui vit dans , et profite de la maison ..:-)
    Bien à vous .

    de Schaetzen Lien vers le commentaire