A+ A A-

Loïc Le Berry, un compagnon en Belgique

  • Rédigé par S.W.
0 avis
Loïc Le Berry, un compagnon en Belgique © Droits réservés

En février, L'Eventail présentait une thématique consacrée aux Métiers d'art. Le sujet a généré beaucoup de retours ; le Belge est passionné d'art et d'artisanat... En marge de ce dossier, L'Eventail a rencontré un compagnon menuiser-ébéniste. Une belle rencontre, riche de l'expérience de Loïc Brossard, Français installé aux portes de Bruxelles.

L'atelier de Loïc Brossard – aka Loïc Le Berry, son nom compagnonique-, logé dans les anciens locaux de l'usine de cartonnages Winderickx, offre une vue sur un paisible plan d'eau et un cadre de verdure inspirant. Installé dans ce décor bucolique, Loïc nous détaille son parcours jusqu'à Rhode-Saint-Genèse.

 
Loïc Brossard, compagnon français installé aux portes de Bruxelles © Droits réservés


" Originaire de Bourges, en 1988, j'y ai effectué un pré-stage d'une semaine chez les Compagnons. A la base sans réelle conviction, j'avais envie de quitter chez moi et de voir du pays. Puis au fur et à mesure... En septembre, j'ai commencé en tant qu'apprenti au Mans. J'étais apprenti 'en campagne' durant deux ans. J'ai réalisé alors mon travail d'adoption et j'ai commencé mon Tour de France. Premièrement, je suis resté un an à Saint Etienne, ensuite, j'ai passé deux mois à Annonay en Ardèche. L'armée m'a sortie du circuit pendant un an. (....). On a le droit de demander des villes qu'on aimerait bien faire. Moi, j'ai demandé Nîmes, pour le soleil ou Gap, pour la montagne. Mais ce n'est pas toujours pris en considération... et j'ai atterrit à Strasbourg puis à Bruxelles où j'ai rencontré ma future épouse. Ensuite, j'ai quand même eu le soleil et j'ai travaillé à Marseille où je me suis spécialisé sur les bateaux, c'était très particulier. J'y ai également réalisé mon travail de réception, une porte en plein cintre dont la particularité résidait dans les différents assemblages, sans autres matériaux que le bois. Un travail conséquent mais 'invisible', une prouesse qualifiée de technique. Ce n'est pas nécessairement la compléxité visuelle de l'ouvrage qui fait sa qualité."

 

 
Le travail de réception de Loïc Brossard, une porte en plein cintre dont la particularité résidait dans les différents assemblages, sans autres
matériaux que le bois. © Droits réservés


"Après cette étape, je suis devenu 'compagnon itinérant' et responsable de corporation. Je suis passé par Brest où j'ai oeuvré sur le porte-avion Charles de Gaulle, un travail de plaquage magnifique et de précision. Pour les bateaux, les techniques sont spéciales. Puis vint une période de transition, à Albi, avant de devenir 'compagnon sédentaire'. A ce moment là, j'ai passé deux ans à Belfast. Ma femme m'y a rejoint après deux mois. J'ai eu l'occasion de découvrir une entreprise qui travaillait à base bois recyclé. Nous avions par exemple récupéré les plans de travail en teck des laboratoires de chimie de l'université de Belfast qui ont été refait en cuisine. Très intéressant, on utilisait que du bois recyclé. Néanmoins, ce fut compliqué d'y rester à cause des conflits catholiques/protestants. En 1999, nous nous sommes donc installés en Belgique et depuis 2005, j'ai mon propre atelier."

 

 
 Dans l'atelier, on aperçoit ces pièces particulières qui sont en fait des modèles de pieds de table. © Droits réservés


Au total une dizaine d'années qui ont filé à une allure incroyable. L'ambiance sur le Tour de France est vraiment spéciale, ponctuée d'échanges pédagogiques, culturels et humains. C'est ce qui fait, selon Loïc, la particularité de la formation : une ouverture d'esprit grâce au voyage et le partage des expériences personnelles qui enrichit. " La formation d'un compagnon ne peut se faire sans le voyage ".
D'une certaine manière le credo de Loïc Le Berry pourrait se résumer à Simplicité et Liberté. " Je ne pense pas qu'on puisse rester libre en n'étant pas simple".
Un bon compagnon est quelqu'un qui tend à être en harmonie avec son entourage : il ne gaspille pas la matière, tire le meilleur de chaque essence et respecte celles de son environnement (exemple, à Albi, on travaille plus le châtaigner, en Bretagne, le cyprès, etc.).
Et pour conclure cette rencontre, Loïc précise : « Il y a des bons partout, il ne suffit pas d'être compagnon pour être bon ».

 
Loïc Brossard
Agencement intérieur et fabrication d'escalier
158, chaussée de Halle
1640 Rhode-Saintt-Genèse
loicbrossard@skynet.be
0494 15 31 15
www.loicbrossard.com
Rédigé par S.W.

Dans la même catégorie