A+ A A-

Les bonnes résolutions

  • Rédigé par Elodie Wery | Home Organiser
3 avis
Les bonnes résolutions © www.creatonit.be

Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Que feriez-vous à me place? Comme chaque début d'année, je décide de faire du tri dans mes paperasses....

Je passe en revue très rapidement les documents administratifs de 2014.
Je jette ce qui me semble obsolète (papiers informatifs de l'école des enfants), je garde précieusement les quelques documents importants et les range dans des fardes à anneaux (documents de l'assureur et du notaire) et je réunis le reste (factures et fiches de paie) dans une boîte en carton sur laquelle j'écris en grand : ARCHIVES 2014.

Comme la place dont je dispose dans mon bureau n'a pas changé depuis hier (non, un bureau plus grand ne règlerait pas le problème de papiers inhérent à cette maison), je suis contrainte de me défaire (comprenez 'jeter aux cartons') des archives de l'année 2012 pour y placer mes archives 2014 et ma nouvelle boite pour 2015. Un objet rentre, un autre sort.

Vous me suivez toujours ?

C'est alors que je suis tombée nez à nez avec ma liste de bonnes résolutions, écrite soigneusement le 01 janvier 2014.
Inutile de vous dire que les 3/4 des points écrits sur cette liste ont été oubliés dés le 06 janvier, date à laquelle la trève hivernale s'est achevée et le rythme infernal de mes folles journées repris de plus belle.

Chaque année j'y crois pourtant dur comme fer. L'espace de quelques jours entre Noël et Nouvel an, quand, l'estomac rempli de bonnes choses, la tête dans les flocons et le regard perdu dans les guirlandes du sapin, je me mets à rêver d'une nouvelle année plus zen, moins stressante, plus épanouissante.

Cette année, j'ai donc décidé de ne prendre qu'une seule résolution.
Celle de ne pas faire de résolution que je ne sais pas tenir.
Vous voyez le genre de résolutions dont vous doutez à peine écrites ? Celles que l'on peut lire dans les magazines féminins ? Celles qu'on a entendu dans la bouche de notre meilleure amie ?

La première qui me vient à l'esprit est celle de ne plus acheter de nouveaux livres tant que je n'ai pas achevé de lire ceux qui composent ma bibliothèque. Facile, économique, écologique et raisonnable. Voilà une résolution parfaite pour démarrer ma liste !

Je décide de l'appliquer tout de suite et de parcourir ma bibliothèque pour en sortir tous les livres achetés mais pas encore lus.

L'un d'eux attire mon attention : La résilience d'Ella Gabriella Amann.

 

Ella Gabriella Amann, La Résilience, octobre 2014, Ixelles Editions. 160 pages.

 

Je ne me rappelle pas l'avoir acheté. Et je ne me rappelle pas non plus ce que signifie ce terme 'résilience'. Sous le titre il est inscrit: "l'art de rebondir et de surmonter les obstacles de la vie". Un peu plus loin, je lis: "Le terme de résilience (du latin resilire = rebondir) est à l'origine propre à la physique et désigne la capacité d'un matériau à se laisser déformer puis à retrouver ensuite sa forme initiale. La psychologie reprend ce terme. Il décrit alors la capacité d'un individu à se remettre et à repartir après avoir connu une situation difficile, un échec, des soucis ou une maladie."

Voilà peut-être une piste à explorer pour répondre à ma question du début. Dois-je en rire ou en pleurer ? Que dois-je penser du fait de refaire systématiquement chaque année les mêmes listes de résolutions sans qu'aucune ne soit tenue plus de deux semaines ?

Mon premier point de vue, qui me fait froid dans le dos, se résume à une phrase : Je suis un culbuto.
Mais si, je suis sûre que vous voyez de quoi je parle ! Il s'agit d'un petit personnage dont la base arrondie est lestée de sorte que, même si le jouet est frappé ou renversé, il se redresse toujours et revient à la verticale en oscillant (selon Wikipédia).

Chaque année dans cet intermède hivernal au goût de foie gras et de champagne, je regagne ma forme initiale, paisible, détendue. Chaque rentrée de janvier, le vent des contraintes, le stress du quotidien, la pression du boulot me fouettent et me font vaciller. Pendant 12 mois, je tangue de gauche à droite tentant par moment de stabiliser mon navire et de savourer l'instant présent.

Je ne veux pas rester avec cette sensation désagréable, ce goût amer dans la bouche. Cette impression d'être réduite à un jouet sans intérêt. Je poursuis donc la lecture de mon bouquin. "Les individus résilients tirent les leçons de la manière dont ils sont sortis des crises passées. Ils accumulent de l'expérience en matière de gestion de problèmes et acquièrent de nouvelles compétences qui les amènent à changer leur façon de voir la vie."

La vie est une question de point de vue, c'est bien connu. Je décide donc de regarder les évènements sous cet angle nouveau, rassurant et léger. "Les individus résilients sont également plus courageux et osent tenter des expériences inédites, sans toutefois se montrer irresponsables. La résilience d'une personne n'est pas un état fixe qui le caractérise une fois pour toutes, mais plutôt un processus d'apprentissage qui se déroule tout au long de la vie."

 

Bonne nouvelle. Je la tiens ma troisième et dernière résolution pour 2015: améliorer ma résilience!

Ma liste s'arrête là. Le calme revient. Mais jusqu'à quand?

 

 

 

Rédigé par Elodie Wery | Home Organiser

1 Commentaire

  • Nele

    Elodie Wery fait un tri jusque dans ses résolutions, chapeau c'est courageux et certainement intéressant ;-)

    Nele Lien vers le commentaire