A+ A A-

Ceci n'est pas un dimanche

  • Rédigé par Elodie Wery | Home Organiser
5 avis
Ceci n'est pas un dimanche © www.creatonit.be

Chaque dimanche, c'est le même dilemme. Ranger ou récupérer ? La semaine trop chargée est derrière moi. Les courses, les activités des enfants et la détente du samedi soir aussi. Mais tout le reste s'étend devant mes yeux cernés, encore maquillés de la veille...

Tour de Kaplas à ne surtout pas casser (plantée au milieu du salon), matériel de poupées étendu de long en large sur mon canapé et construction de légos délicatement accrochée à mon meuble télé...

Les enfants s'ennuient le dimanche
Le dimanche les enfants s'ennuient
En knickerbockers ou en robes blanches
Le dimanche les enfants s'ennuient

Ah bon ? Vraiment Monsieur Charles Trennet?

Le lave-vaisselle est plein de vaisselle propre et l'évier de vaisselle sale. La table du petit déjeuner toujours dressée et le frigo rempli de restes à l'aspect douteux. Linge propre mais pas séché dans la machine, linge sec mais pas plié dans le séchoir, linge plié mais pas repassé dans la manne, linge repassé mais pas rangé sur l'escalier, vêtements ni-propres ni-sales au pied du lit.

Les parents s'ennuient le dimanche
Le dimanche les parents s'ennuient
Avec leurs lorgnons et leurs barbes blanches
Le dimanche les parents s'ennuient.

Etait-ce vrai en 1938 ? Ou est-ce moi qui exagère ?

Le dimanche devrait être le jour où on récupère avant de reprendre une nouvelle semaine. Le jour où on peut regarder le téléfilm idiot de l'après-midi (qu'on a déjà vu trois fois mais qu'on aime juste pour l'état d'esprit dans lequel il nous plonge). Le jour où on perd son temps à feuilleter les publicités vieilles de quatre jours. Le jour off.

J'en conclus donc que mes dimanches ne sont pas des dimanches!

"Le dimanche efface la rouille de toute la semaine" disait Joseph Addison en 1719. Non seulement il efface la rouille mais surtout il prépare la semaine à venir. Une fois le rangement terminé, il faut préparer les cartables et les tenues du lundi (anticiper est devenu ma règle d'or!), décrasser les petits monstres (coupe des ongles et récurage des oreilles compris), remplir le frigo avec les oublis de dernière minute et accessoirement souffler un peu.

Souffler... au propre comme au figuré. S'étendre dans le divan qui a retrouvé sa fonction initiale... et entendre la sonnette résonner dans l'entrée.

Je suis partagée entre soulagement et agacement. Soulagée de savoir que cet invité surprise découvrira une maison parfaitement rangée et agacée qu'il choisisse le seul moment que j'avais pour me détendre (avant d'entamer le souper) pour faire irruption chez moi.

C'est tante Agathe. Elle passe "5 minutes'"me déposer mon cadeau de Noël (on n'est jamais que mi-févier). Je l'ouvre perplexe. Je découvre un vase, trop petit pour mettre un bouquet et trop grand pour mettre une seule fleur. Parfaitement le genre de présent que je redoute. Je n'ai nul besoin d'un nouveau vase, je n'aime pas sa couleur et ne saurai même pas lui trouver une place dans mes armoires déjà trop remplies.

Décidément si les dimanches ne sont pas des dimanches, certaines cadeaux ne sont pas des cadeaux! Et non, Charles, depuis que je suis devenue parent, plus jamais je ne m'ennuie, crois-moi!

Vienne vienne
La semaine
Lundi mardi jeudi
Car la rue est toujours pleine
De lumière et de bruit !

Rédigé par Elodie Wery | Home Organiser

Media