Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

D'un abord ludique et peut-être facile, l'œuvre de :mentalKLINIK est tout sauf innocente quand on gratte un peu. Le duo d'artistes créé en 1998 à Istanbul par Yasemin Baydar (né en 1972) et Birol Demir (née en 1967) investit la grande nef sous verrière de la Patinoire royale pour une première exposition en Belgique couvrant quinze année de création.

"Les lions m'ont appris la photographie", explique-t-il humblement. Depuis son séjour au Kenya à l'âge de trente ans, Yann Arthus-Bertrand a fait de son appareil photo un outil de création et d'analyse pour poser sur le monde un regard empreint d'humanité et de profond respect qui l'a amené à défendre de nombreuses causes et une approche de conscientisation.

Rassemblant une quarantaine d'œuvres majoritairement issues de la collection londonienne a/political, "Nous ou le chaos" met en lumière le travail d'artistes traitant des problématiques socio-politiques mondiales.

Cela fait déjà quelques années qu'on entend parler de lui, mais jusqu'à présent Laurent Dumas communiquait sur ses actions de mécénat artistique, rarement sur les opérations de sa société immobilière Emerige...

"J'ai une grande admiration pour Magda Danysz. Elle est courageuse et téméraire. Reconnue comme l'une des galeries les plus dynamiques de la scène contemporaine internationale, elle présente toujours des œuvres inattendues.

C'est à Porquerolles, forêt méditerranéenne en pleine mer, que la fondation créée en 2000 à l'initiative d'Édouard Carmignac, donne rendez-vous au public depuis le début de l'été.

Une belle introduction à la rétrospective de l'œuvre de Miró, qui ouvrira au Grand Palais le 3 octobre prochain,
déployée en deux volets : une sélection d'œuvres sur papier des grandes années (1930-1950) est présentée
à la galerie de la rue de Téhéran, tandis qu'un ensemble de peintures, dessins et sculptures couvrant toute la
carrière de l'artiste investit le nouvel espace d'exposition de la galerie avenue Matignon.

Tous deux chantres de l'abstraction, l'Américain Calder (1898-1976) et l'Espagnol Miró (1893-1983) font connaissance à Paris, au milieu d'un cercle d'artistes bouillonnant.

Encore un site inédit ? Achevé en 1892, le fort d'Éminesest l'un des mieux conservés des neufs édifices militaires
défendant Namur.

Partons maintenant à Genk, cité industrielle du Limbourg. C-Mine a investi il y a plusieurs années tout un ancien complexe minier accueillant aujourd'hui salles d'expositions, complexes commerciaux et espaces de loisirs. Après New York, Paris, Tokyo, São Paulo et Prague, c'est ici que s'arrête la grande exposition itinérante consacrée au monde de Tim Burton.

Page 1 sur 3