A+ A A-

Bruxelles, 350 ans de passion horticole

  • Rédigé par Martin Boonen
0 avis
Les étangs du bois de La Cambre Les étangs du bois de La Cambre © PhotoGallery asbl

Trois cents cinquante ans ! C'est l'âge, vénérable, de la Confrérie de Sainte-Dorothée, patronne des jardiniers. Pour marquer le coup, la Société royale Linnéenne et de Flore de Bruxelles lance, entre les printemps 2014 et 2015, l'année de Flore. Au programme : ballades, conférences et expositions, à la découverte du patrimoine horticole bruxellois et d'ailleurs.

En 1664 naissait la confrérie de Sainte-Dorothée. Cette Confrérie est probablement (même s'il est difficile de l'affirmer) la plus vieille société d'horticulture au monde. C'est en tout cas une qualité que lui reconnaît un article du journal l'Illustration daté du 20 mai 1843. Fondé pour étudier la culture des fleurs, elle rassemble des amateurs et des professionnels, issus pendant très longtemps de l'aristocratie ou de la belle bourgeoisie libérale, passionnés d'horticulture. 

Officiellement, elle hiberne pendant l'épisode révolutionnaire français. Elle refleurit, en 1822, sous l'impulsion d'un petit noyau d'anciens membres de la Confrérie Sainte-Dorothée, sous le nom de Société royale de Flore (avec une majuscule, en hommage à déesse Flore, responsable de la croissance des fleurs) de Bruxelles.

En 1935, elle fusionne avec la Société royale linnéenne de Bruxelles avec laquelle elle partageait les mêmes buts et idéaux. Depuis, cette prestigieuse institution est connue sous le nom de Société royale linnéenne et de Flore de Bruxelles.

Le jardin du Botanique © PhotoGallery asbl

Pour célébrer cette riche histoire et pour promouvoir le patrimoine horticole bruxellois, la Société organise "l'année de Flore", jusqu'au prochain printemps.

À retenir absolument dans la programmation la visite, 14 septembre prochain, du plateau du Heysel en compagnie d'Axel Demonty, architecte paysagiste. Au programme : le Jardin Colonial et ces plantes tropicales, le Jardin Jean Sobieski, héritier du verger de Léopold II, le "fruitier royal" et le Jardin du Fleuriste.

Le jardin colonial © PhotoGallery asbl


Dans un autre style, mais incontournable aussi la conférence, le 30 septembre, au CIVA, du Dr Denis Diagre sur les chasseurs de cactus.
Et enfin (et surtout !) ce qui promet d'être le clou de cette année horticole : l'exposition "Bruxelles, Capitale de Flore", à partit du 10 décembre 2014. Elle balaiera largement l'histoire flamboyante de l'horticulture et de la floriculture bruxelloise, du XVIIè siècle à nos jours : de la découverte d'une facette inattendue de la bourgeoisie du XIXème siècle jusqu'aux joyaux méconnus des parcs et jardins bruxellois actuels.

L'année de Flore
Informations et programme complet sur www.year-of-flora.be
 
 
 
Rédigé par Martin Boonen

Actualités liées

 

Dans la même catégorie