Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Ce n'est pas une énième foire d'art contemporain que le Grand Palais accueille ce mois-ci, mais un salon dédié aux métiers d'art.

L'adresse est discrète et sa réputation s'est construite par le bouche-à-oreille.

Un petit tableau presque carré peint entièrement en rouge. [...] Il ne représente pas une étape qui pourrait être suivie d'autres nouvelles étapes, mais le dernier pas sur une longue route, le dernier pas après lequel la parole du peintre doit se taire, le dernier tableau créé par un peintre."

Maitre de l'épure, comme son prédécesseur hollandais ou son contemporain belge, Hammershøi nous donne à voir l'insondable profondeur du vide et du silence intérieurs, la solitude dans l'enfermement, l'impossibilité de la fuite. Les portes s'ouvrent sur des portes fermées...

L'endroit tenait du rendez-vous pour initiés. Dans une petite rue près de l'Elysée se trouvait un restaurant discret à l'étonnant décor du XVIIIe siècle. Son nom cultivait aussi le mystère : 1728.

L'adresse est magique. Le restaurant Apicius occupe le rez-de-chaussée d'un hôtel particulier construit en 1860, lui-même lové dans un jardin, et cela à quelques centaines de mètres des Champs-Élysées.

"J'y ai en quelque sorte essuyé les plâtres et depuis sa réouverture en juillet dernier, j'y ai pris mes habitudes, toujours merveilleusement reçue par le directeur Marc Raffray.

Les Kraemer s'y étaient essayés. Tout comme Marella Rossi, de façon régulière, dans la galerie de son père... C'est à présent au tour de Guillaume Léage de twister son mobilier du XVIIIe siècle avec des œuvres d'art contemporain.

"À Marrakech, tout le monde connaît Orenzo et ses créateurs : Pascale, sa fille Sandra et son fils Laurent. Ils ont eu l'idée géniale de reproduire en fer, à l'identique, des cactus. Le succès a été immédiat. Non seulement c'est ludique, mais c'est aussi très décoratif.

"Je suis infidèle à Ralph Lauren uniquement pour les robes du soir d'Oscar de La Renta que je trouve dans cette boutique. Voici un autre homme dont j'aime l'élégance et l'art de vivre. J'ai été invité dans sa maison de Punta Cana et c'était un enchantement.

Page 1 sur 2