Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Alors que le roi Albert et la reine Paola ont attendu en vain toute la durée de leur règne une invitation à la cour de St James, les souverains espagnols, fraîchement émoulus, ont eu droit à tous les fastes liés à une visite très officielle chez les Windsor.

Plus de 600 invités se sont pressés à la Marktkirche de Hanovre pour assister au mariage luthérien du prince Ernst-August junior et de la créatrice de mode russe Ekaterina Malysheva. Union inégale, certes, qui n'a pas reçu l'accord du chef de famille mais qui fut on ne peut plus réussie.

Elizabeth II avait été demoiselle d'honneur à son mariage et elle était la marraine du prince de Galles, c'est dire les liens étroits qui unissaient la souveraine et son fils à Lady Patricia Brabourne, comtesse Mounbatten of Burma. Cette dernière est décédée paisiblement chez elle, dans le Kent, à 93 ans, entourée des siens.

La Fondation Reine Paola, la Chapelle Musciale Reine Élisabeth et l'association Missing Children Europese sont unies pour fêter avec un peu d'avance les 80 ans de leur marraine, Sa Majesté la Reine Paola.

Comme chaque année, la fête nationale luxembourgeoise a suivi un cérémonial bien huilé respecté à la lettre par la famille grand-ducale. Cette année, seuls le prince Guillaume et la princesse Stéphanie entouraient le grand-duc et la grande-duchesse durant ces deux jours de célébrations qui débutèrent le 22 juin par une réception à l'hôtel de ville, une aubade de la musique militaire sur la place Guillaume II, la traditionnelle retraite aux flambeaux et le feu d'artifice tiré depuis le pont Adolphe.

Après les tragédies que la Grande-Bretagne a du endurer, l'immuable Trooping the Colour a remis un peu de baume au coeur des britanniques en proposant avec sa pompe habituelle la parade des troupes en l'honneur de l'anniversaire de la reine.

Devenir filleul royal n'était certes pas chose courante, même sous la Monarchie de Juillet, réputée pour son libéralisme ! C'est ce qui arriva pourtant à la fille du comte Camille de Montalivet, ancien intendant de la dotation de la couronne, ministre sous Louis-Philippe et exécuteur testamentaire du monarque dont il était devenu un proche.

Les serres de Laeken ont servi de cadre au premier engagement officiel de la reine Paola qui, depuis décembre 2016, avait disparu de la vie publique suite à deux chutes et à une longue rééducation.

Á l'occasion du sommet extraordinaire de l'Otan, la reine des Belges a accueilli, au palais de Laeken, Ingrid Stoltenberg épouse du secrétaire général de l'Otan, Amélie Debaudrenghien, compagne du premier ministre Charles Michel, et les conjoints de chefs de gouvernement venus représenter leur pays à Bruxelles.

Les Luxembourgeois se réjouissent de voir le couple héritier s'affirmer de jour en jour, en particulier la princesse Stéphanie qui a multiplié les apparitions dernièrement.