Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Dans la valise de Gerald Watelet

  • Rédigé par Olivia Roks
1 avis
Sharing on Facebook
Dans la valise de Gerald Watelet © Frédéric Raevens

Comme chaque ete, Eventail.be part en vacances aux cotes de personnalites... Chef, createur, chocolatier, artiste, ou vont-ils ? Que font-ils ? Qu'emportent-ils dans leur valise ? Rendez-vous avec Gerald Watelet.

Figure emblématique du paysage médiatique belge et homme aux talents multiples, Gerald Watelet nous parle de son été...

 

Eventail.be - Pour vous les vacances c'est...
Gérald Watelet - Dans le mot vacances, il y a « vacant », vide, sans programme, à la limite sans organisation. Pas d'hôtel mais une maison... Faire le marché, cuisiner, nager, lire... C'est mon idéal de vacances. Pas ne rien faire, mais ne pas prévoir, ou plutôt ne faire que ce que l'on a vraiment envie. Déjà enfant, j'aimais « traîner » ou plutôt « rêver ». Les journées se déroulent lentement, et parfois les soirées plus encore : petits dîners, parties de cartes et discussions interminables jusqu'au bout de la nuit. Et on danse, c'est le bonheur !

 

© DR/Shutterstock.com 

 

- Une destination que vous aimez particulièrement ?
- Pas une, mais deux, si proches et si différentes ! Le Portugal, ma patrie d'adoption, vient en premier. Avant tout, les gens y sont gentils, doux, simples et dignes. Très important : le tourisme n'a pas tout abimé. Quant aux plages de l'Atlantique, elles me rappellent nos plages belges, en plus grandes. La campagne est fabuleuse, l'architecture me plait, la nourriture est basique, sans histoire, mais les produits sont de qualité exceptionnelle. On peut y vivre doucement. Et ensuite, l'Espagne, je l'aime pour tout l'inverse du Portugal. Ils sont bruyants, fiers, orgueilleux. C'est la Méditerranée ! Là tout va plus vite, et au risque de choquer, j'aime la corrida, l'ambiance de la plaça de toro, le flamenco, la langue et leur propension à tout faire avec passion.

 

Flamenco devant les arènes de Sévlle © DR/Shutterstock.com 

 

- Que prévoyez-vous cet été ?
- Portugal et Espagne ! Chez une amie qui m'est chère aux Baléares. Balades entre Formentera et Ibiza, farniente, marché, cuisine, plage, longs apéros et soirées qui se terminent en dansant sur la table... et le lendemain on recommence ! Le nord du Portugal, c'est un rendez-vous annuel avec le Douro. J'aime beaucoup Porto, si différent de Lisbonne. Remonter le Douro en bateau est une belle expérience, calme, sereine. J'aime la tranquillité de la campagne et des rivières en parallèle de la vie bruyante du bord de mer en été.

 

Le fleuve Douro se jette dans l'Atlantique aux pieds de la merveilleuse Porto © DR/Shutterstock.com

 

- À quoi ressemblent vos valises ?
- Mes valises sont de plus en plus petites. Plus on voyage, plus on réduit, mais il y a des indispensables : pantalon beige, blazer marine, des belgian shoes et une chemise bleue ciel, on ne sait jamais. Pour le reste, t-shirts, shorts, maillots et flip-flop constituent le contenu de ma valise. Je n'oublie plus rien puisque je ne prends presque rien, et si ça me manque, et bien je l'achète ! Mais c'est rarement nécessaire...

 

- Une destination rêvée où vous aimeriez un jour vous rendre ?
- Je fais une grande différence entre les voyages et les vacances. Quand on voyage, on visite, on découvre, on apprend. En vacances, on ne fait rien, on oublie. Je suis donc complètement ouvert à tout voyage, toute découverte, que ce soit pour les endroits, la culture, les traditions, mais surtout les gens. Ce sont les gens qui font un pays.

Rédigé par Olivia Roks

Actualités liées