A+ A A-

Réparer pour moins consommer, les solutions entrepreneuriales

  • Rédigé par Martin Boonen
1 avis
Le Repair Café d'Ixelles Le Repair Café d'Ixelles © Luc Deriez

Des nos jours, la durée de vie des objets qui nous entourent est au cœur de stratégies commerciales. Ce que l'on appelle l'obsolescence programmée sert une politique de consommation à outrance. Pas écologique, et surtout peu économique, les citoyens semblent de plus en plus enclin à se libérer du joug consumériste. Quelques entrepreneurs ont des solutions.

L'obsolescence programmée, c'est l'ensemble des techniques destinées à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement. Bien loin des théories conspirationnistes, c'est une réalité que tout le monde a un jour éprouvée. Les plus touchés par cette stratégie commercialement défendable, mais moralement opportuniste et un peu cynique, sont les appareils numériques: ordinateurs portables et smartphones, dont le taux de remplacement frôle parfois l'indécence.

Ordinateurs et téléphones …

Interpellés par cette situation, Arnaud Percy et Lionel De Clercq ont fini par proposer à leur entourage de leur commander de nouvelles pièces et de s'occuper des réparations eux-mêmes. Après quelques tentatives fructueuses, la demande n'a plus jamais cessée de croitre. L'initiative spontanée est aujourd'hui devenue une startup florissante: Belwatech. Arnaud Percy et Lionel De Clercq ayant ouvert 10 points de ventes en Belgique depuis 2012.

 

belwatech
Lionel De Clercq et Arnaud Percy, fondateurs de Belwatech © Belwatech

 

Mais Belwatech n'est pas seul sur ce créneau: Mister Genius propose un service de réparation d'appareils numériques depuis 2008.  La réparation est donc devenue un marché: "C'est logique, dans ce domaine, il est désormais beaucoup plus intéressant de proposer un service que de vendre un produit" explique Jérome Paquot, directeur commercial de Mister Genius. Intéressant pour la startup, mais aussi pour les clients: réparer revient souvent moins cher que de racheter du neuf. Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. L'implication écologique est très importante aussi. D'abord parce que réparer, c'est consommer moins, et donc intrinsèquement écolo. Ensuite, parce que via des partenariats avec Bebat (pour Belwatech) et Recupel (pour Mister Genius), les pièces usagées, parfois toxiques, sont traitées avec tout le soin nécessaire.

 

mister-genius
L'équipe de Mister Genius © Mister Genius

 

Et ce n'est pas tout. "Il y a un aspect sociétal aussi..." déclare Arnaud Percy, co-fondateur de Belwatech, "... nos réparations sont intégralement faites sur le sol belge, alors que les constructeurs délocalisent souvent leurs ateliers ailleurs en Europe ou plus loin encore. De plus, on embauche des jeunes à la sortie des études, ou n'ayant pas terminé leur parcours scolaire. On les forme et leur offrons une première expérience professionnelle".

Economique, écologique et sociétale, les avantages de ces initiatives sautent aux yeux. Dès lors, pourquoi se limiter aux ordinateurs portables et aux téléphones?

… et le reste !

Cette question, une journaliste néerlandaise, Martine Postma, se l'est déjà posée. Pour y répondre, elle lance en 2007, aux Pays-Bas, le premier Repair Café. Les Repair Cafés sont des lieux, près de chez vous, où l'on vous aide à réparer vos objets cassés. Le succès du concept est immédiat, et cinq ans plus tard, le premier Repair Café belge s'organise, à Ixelles.

Depuis 2013, 67 Repair Café ont déjà vu le jour en Wallonie et à Bruxelles... "Les Repair Cafés ont lieux en moyenne une fois par mois, dans des endroits différents" explique Luc Deriez, fondateur du Repair Café d'Ixelles. "Ces ateliers ne sont pas des sociétés de services, ils sont participatifs. On s'inscrit avec son objet à réparer, puis on est dirigé vers la section adéquate où un bénévole le répare avec vous". Ici, on s'occupe des petites choses du quotidien: grille pain, aspirateur, lecteur de DVD, de la petite menuiserie (un pied de chaise branlant …), de la couture,…

Les réparateurs bénévoles ont des profils très différents: bricoleurs passionnés, amateurs éclairés, anciens professionnels … tout le monde peut contribuer! L'une des forces des Repair Cafés, c'est justement d'être multiculturel et intergénérationnel. "En fait, nous agissons sur trois piliers. Economique d'abord: en leur faisant faire des économies, nous augmentons le pouvoir d'achat des gens. Ecologique ensuite, puisque en augmentant la durée de vie de nos objets du quotidiens, nous freinons la surconsommation. Sociétale et sociale pour terminer, puisque nous contribuons, et nous y tenons beaucoup, à récréer un tissus et des liens sociaux à un niveau très local, au sein d'un quartier" détaille Luc Deriez. Les Repair Cafés fonctionnent en fait comme un service d'entraide entre voisins.

 

repair-cafe
© Luc Deriez

 

"Les Repair Café sont issus de ce mouvement citoyens où les gens ont compris qu'on ne pouvait plus consommer sans réfléchir. Nous agissons comme de petites cellules de résistances à l'obsolescence programmée". Et ces petites cellules sont amenées à se développer ! Les Repair Cafés existent dans une petite trentaine de pays dans le monde à travers un petit millier d'antennes.

Economique, écologique et sociale, et si réparer n'était qu'une question de bon sens?

 

Rédigé par Martin Boonen

Dans la même catégorie