Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 778
A+ A A-

Atlas, rien ne sert de courir ?

  • Rédigé par
1 avis
Atlas, rien ne sert de courir ? © Atlas

Courir, ça fait du bien : c'est bon pour la santé, c'est bon pour le moral. Et si c'était aussi bon pour les autres ? Faire un don pour une association à chaque kilomètre couru par une communauté de coureur, c'est l'idée d'un jeune social entrepreneur belge, Thomas Querton, co-fondateur d'Atlas.

« C'était il y a trois ans exactement. Je courrais les vingt kilomètres de Bruxelles, et j'ai été impressionné par tout le positivisme et les belles valeurs qui entouraient cette course. J'ai tout de suite imaginé une sorte de réseau social de coureurs pour partager ces moment-là, très positifs, en communauté ». Il ne le sait pas encore, mais à ce moment-là, Thomas Querton vient de poser les jalons d'une start-up philanthropique !

Il faut dire que Thomas Querton est passionné d'entrepreneuriat. Pendant ses études de Sciences Économiques aux Facultés Universitaires Saint Louis, à Bruxelles, il lance avec quelques amis une petite entreprise de textile : « C'était surtout pour avoir un petit challenge entrepreneurial pendant nos études. Après l'économie, j'ai toujours voulu faire autre chose, quelque chose qui touche à l'entrepreneuriat » explique-t-il.

 

 
 L'équipe d'Atlas (de gauche à droite) : Olivier Kaeser (Suisse), So Townsend (US), Thomas Querton (Be), Magali Mathieu (Fr), Maximilien Briançon (Fr) © Atlas

 

Pour y parvenir, ni une, ni deux, il file à San Fransisco, capitale mondiale de l'entrepreneuriat, pour étudier, précisément, l'entrepreneuriat social. « L'écosystème entrepreneurial à San Fransisco est exceptionel : c'était l'endroit parfait pour lancer une application mobile » se souvient Thomas.

Mais avant de se lancer dans une application, il crée d'abord une page Facebook où il se propose de donner de l'argent à des œuvres si la communauté postait des photos de leurs courses. « J'ai vu un début d'engouement, quelques volontaires et bénévoles sont venus m'aider. À ce moment, j'ai pensé qu'on pouvait en faire quelque chose de sérieux. J'ai contacté des associations et nous avons bouclé un premier défi avec Atlas. Ensuite, je me suis associé à deux autres étudiants de mon master ».

Avec Magali Mathieu et Olivier Kaeser, plus précisément, sans oublier So Townsend, véritable as du développement numérique. À trois, ils affinent le concept et l'application.

 

 
 Chaque kilomètre couru rapporte 25 cent. Courez pour une asbl.  © Atlas

 

Atlas s'adresse à trois types de public : aux clients corporate et sponsors, ils proposent de soutenir un challenge pour lesquels la communauté d'Atlas va courir. En échange d'une visibilité importante sur leur activité philanthropique, le sponsor s'engage à verser une somme d'argent par kilomètre couru par la communauté.

Les coureurs s'inscrivent au challenge de leur choix en fonction de leur sensibilité, lancent l'application qui, grâce à un tracking GPS, enregistre la distance qu'ils parcourent et transmet la somme à verser à l'association. Même en faisant votre footing hebdomadaire dans votre quartier, vous recoltez des fonds !

Les associations, elles, bénéficient des fonds récoltés et de la visibilité offerte par l'application.

Beaucoup de choses découlent de ce concept. Les entreprises peuvent engager leurs employés dans un challenge interne (ou pas) qui leur est dédié au profit d'une association soutenue par la société (ou pas), la communauté d'Atlas s'engage et crée un engouement mutuel pour les challenges proposés (l'app' fonctionne comme un vrai réseau social où tout le monde peut partager ses résultats, les challenges et les causes pour lesquelles il s'engage).

 

 
 Partagez votre action  avec vos amis. Ajoutez des filtres et des stickers © Atlas

 

Finalement, l'idée d'Atlas, c'est de parvenir à faire profiter de l'engouement et des valeurs positives de la course, à des projets et des associations caritatives, grâce au soutien de clients corporate.
Au fond, et c'est ça qui est génial, tout le monde est gagnant : les corporate permettent à leurs clients et/ou employés de s'investir dans un objectif commun valorisant pour leur image, les coureurs pratiquent leur passion pour une bonne cause, et les associations récoltent des fonds et gagnent en visibilité.

La bonne nouvelle, c'est qu'Atlas a débarqué hier en Europe, d'abord en Suisse et en Belgique.
Chez nous, Atlas peut déjà se targuer d'un important partenariat avec Hoegaerden 0,0%, un produit non alcoolisé du groupe AB-InBev.

Alors, rien ne sert de courir ? Atlas est peut être en train de faire mentir La Fontaine !

 

Plus d'infos :
www.atlasrun.com
www.facebook.com/AtlasApplication

 

Téléchargez l'app' :
iOS : www.atlasrun.com/download
Android :  www.atlasrun.com/android
 

 

Rédigé par

Dans la même catégorie