A+ A A-

Fluicity, l'agora digitale

  • Rédigé par Martin Boonen
2 avis
Fluicity, l'agora digitale © Droits réservés

La participation citoyenne, c'est l'un des enjeux majeurs du renouvellement du débat démocratique. Alors que les élus se creusent la tête pour retrouver la confiance de leurs concitoyens, Fluicity, une startup franco-belge, propose une solution digitale très intéressante. De nombreuses collectivités se laissent séduire. Parmi elles, la commune de Woluwé-Saint-Pierre, à Bruxelles.

« Il est indispensable que la sphère politique parvienne à se rapprocher du citoyen et retrouve avec lui un dialogue qui se distend d'année en année » s'inquiète Christophe De Beukelaer, échevin cdH en charge, notamment, de l'informatique à Woluwé-Saint-Pierre. Pour le jeune élu, il était temps de réagir. Malheureusement, les propositions, notamment numériques, jusqu'à présent, ne pouvaient satisfaire les besoins ou les envies des collectivités comme la commune bruxelloise de Woluwé-Saint-Pierre.

Il se pourrait que les choses aient changé.

 

 
 (de gauche à droite) Jonathan Meiss, Julie de Pimodan, Nicolas de Briey : les trois fondateurs de Fluicity © Fluicity

 

Il y a un peu plus de deux ans, Julie de PimodanJonathan Meiss et Nicolas de Briey font, eux aussi, le constat du désintérêt, voir de la lassitude, des citoyens pour la chose politique, et même pire, la chose publique. « Nous avons également constaté que les outils digitaux permettent de fédérer, mieux qu'une large audience, une communauté. Nous avons alors imaginé mettre ces outils au service des collectivités et de la participation citoyenne » explique Nicolas de Briey. De ces constats nait Fluicity : une plateforme digitale qui permet à une institution de communiquer avec les citoyens, et aux citoyens d'entrer en contact avec elle.

Une application mobile...

Fluicity prend la forme d'une application mobile dotée de différents canaux de communication. Ils permettent à la commune (dans le cas de Woluwé-Saint-Pierre) de communiquer des informations à ses habitants, de leur demander leurs avis (via différents outils comme des sondages, des questions à choix multiples...) mais aussi aux citoyens de poser des questions à l'administration, d'échanger entre eux sur des questions de quartiers, ou de débattre directement avec la commune.

 

 
 © Fluicity


Bref, de retrouver tout ce qui ne fonctionnait plus vraiment entre le citoyen et son administration. « Nous avons deux populations très différentes à Woluwé-Saint-Pierre : d'un côté beaucoup de seniors, et de l'autre, pas mal de familles avec des enfants. Historiquement, on s'est beaucoup concentré sur notre façon d'interagir avec la première catégorie. Notre collaboration avec Fluicity entend donc rétablir la balance vers la seconde catégorie, plus jeune. Celle là n'est pas intéressée ou pas disponible pour des réunions de quartier ou des inaugurations. Du coup, elle nous était inaudible. Cela peut changer avec Fluicity » détaille Christophe De Beukelaer.

... citoyenne...

Evidemment, pour que ce genre d'initiative remporte le succès espéré, il faut que la commune anime correctement l'application, et que ses habitants mordent à l'hameçon. « Nous ne livrons pas l'application à nos clients en les laissant se débrouiller. Nous leur proposons un service d'accompagnement, notamment sur la modération et la communication » précise Nicolas de Briey, co-fondateur et COO de Fluicity.

 

 
 © Fluicity


Christophe De Beukelaer précise, confiant : « Une campagne de communication va suivre dans la commune, nous allons organiser des rencontres citoyennes avec des démos, de l'affichage... Régulièrement la commune va alimenter l'app' et nous contactons les associations actives sur la commune pour qu'elles puissent, elles aussi, alimenter en contenu notre application ». L'objectif : entre sept et dix pourcent d'utilisateurs parmi les habitants de la commune. Ce qui représente pour Woluwé-Saint-Pierre environ 2 000 utilisateurs.

... mais pas politique

Quant à savoir si l'on pourra voter pour son candidat préféré aux prochaines élections communales, il y a un pas que l'échevin refuse de franchir : « On doit faire très attention à ce genre de choses. C'est l'application des services communaux à l'attention des habitants de la commune et pas un service politique destiné à toucher de futurs électeurs. Comme pour le journal communal, il doit pouvoir représenter toutes les opinions rencontrées dans la commune ».
« C'est l'application d'une commune, d'un service public ou d'une collectivité, pas celle d'un bourgmestre » confirme Nicolas de Briey.

 

 
 L'équipe de Fluicity encadre Christophe De Beukelaer, échevin (cdH) en charge de l'informatique à Woluwé-Saint-Pierre et le bourgmestre de la commune Benoit Cerexhe (cdH). Nicolas de Briey, COO et co-fondateur de Fluicity, est à l'extrême gauche de la photo © Droits réservés

 

Fluicity, bientôt leader européen de la participation citoyenne ?

C'est précisément cette transparence et cette neutralité politique qui doit permettre à Fluicity d'atteindre son objectif : devenir le leader européen de la participation citoyenne. Cela passe par convaincre, d'ici la fin de l'année, entre 25 et 30 villes ou communes en Belgique et en France.
« Notre cible principale, ce sont les villes et leur administration, mais cela pourrait tout à fait être appliqué à un échelon supérieur comme le niveau régional ou fédéral en Belgique. C'est un moyen de dépasser le mille-feuille de compétences qui n'intéresse pas les citoyens. Si un citoyen pose une question avec Fluicity, la réponse lui viendra de l'organe compétent dans cette matière sans que le citoyen ait à se demander à qui il doit poser sa question ».

Avec Fluicity, les politiques publiques n'ont désormais plus d'excuses pour délaisser le champ numérique. Les citoyens non plus, d'ailleurs. 

 

www.flui.city
www.woluwe1150.be/fr

 

Rédigé par Martin Boonen

Dans la même catégorie